ProNaturA 2Bilan de la Fédération ProNaturA France 2000-2014


On entend parfois certaines personnes qui disent que la fédération ProNaturA France ne sert à rien. Il y a même quelques associations qui ne veulent plus adhérer, suite à un changement de président ou autre. Certaines sont mal informées, d'autres de mauvaise foi. C'est pourquoi, il est nécessaire de faire le bilan des actions les plus importantes de la fédération ProNaturA France de 2000 à 2014.

1°) Au début des années 2000 sous Jospin/Voynet, la fédération a évité la publication de listes de races animales, soi-disant handicapées, à interdire. A la fois en France, mais aussi en Europe, puisque nous avions remis nos argumentaires au Président du Comité Vétérinaire Européen qui devait émettre un avis officiel, guidant l'Union Européenne. Ce sont les argumentaires de ProNaturA France qui ont été suivis.
Hitler avait prévu l'extermination des Juifs. Certains écologistes extrémistes avaient programmé l'élimination d'un grand nombre de races animales soi-disant handicapées.
Pour ne pas donner le bâton pour se faire battre, nous avons contribué à définir et faire connaître la notion d'hypertype, c'est à dire un animal qui accentue à l'extrême les caractéristiques de la race et qui peut de ce fait connaître éventuellement certains problème de santé. (exemple : nez trop plat entraînant des problèmes de respirations).
Nous avons demandé aux éleveurs et aux juges de ne plus sélectionner et faire reproduire d'hypertypes.
Nous avons également encouragé le principe de détection des maladies héréditaires et de leur élimination en ne faisant pas reproduire les animaux porteurs.

2°) Nous avons rédigé un grand nombre d'articles mettant en valeur l'importance de l'action des éleveurs de loisirs comme de certains professionnels, dans la sauvegarde de races et espèces rares ou en voie de disparition.
Grâce à une affiche couleur "Sans nos éleveurs, ils auraient disparu" et une campagne de communication, nous avons essayé de faire comprendre au grand public et aux hommes politiques que les éleveurs, qu'ils soient simples particuliers ou professionnels, contribuent à sauvegarder la biodiversité domestique ou sauvage.
Cela a d'ailleurs été reconnu par certains organismes internationaux, au plus haut niveau, comme l'ONU et la FAO.
Cela a sans doute aussi redorer l'image des éleveurs amateurs, tellement abîmée, par de très nombreuses campagnes de communications calomnieuses initiées par des associations de protection des animaux à buts véganiens, avec reportages télévisuels où les éleveurs d'agrément étaient présentés comme des trafiquants d'espèces rares ou des tortionnaires d'animaux.

Cela a probablement aussi aidé à faire reconnaître officiellement dans la réglementation, la notion d'éleveur d'agrément d'espèces non domestiques, par le Ministère de l'écologie.
Dommage que le Ministère de l'Agriculture ne suive pas, pour l'instant, en reconnaissant la notion d'éleveur d'agrément d'espèces domestiques.

3°) Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, lors du Varenne des Animaux, nous avons empêché l'adoption de toute un série d'interdictions attentatoires aux libertés en mettant notre droit de veto.
Nous avions un droit de veto, c'est à dire le droit de dire non à un projet de fonctionnaires ministériels, parce que la fédération ProNaturA France était la fédération qui rassemblait le plus d'associations ( plus de 400 ) et qui représentait tous les Français qui ont des animaux qu'ils soient de compagnie, d'agrément ou de rente, soit plus de 8 millions de votants.
Nous avons empêché entre autres :
* l'interdiction des petites annonces d'animaux
* l'interdiction de vente d'animaux en expositions et bourses
Si toutes les associations quelle que soit l'espèce ne s'étaient pas unies au sein de la fédération ProNaturA France, elles n'auraient même pas été invitées ou représentées et toutes les interdictions seraient passées en bloc.
On voit bien là la nécessité d'être unis pour se défendre.

Dommage que le nouveau président d'une grande association nationale ait perdu cela de vue. Cela ne lui portera pas chance. Par son égoïsme, il nuit à la défense de tous les éleveurs de loisirs ou pas.

4°) Avec des scientifiques de tous horizons, tous spécialistes des animaux et de la nature, nous avons élaboré un texte pour définir en une page recto verso ce qu'était une protection humaniste et non extrémiste de la nature et des animaux. Il s'intitule "Pour des relations équilibrées entre l'Homme, la Nature et les Animaux". Il est le socle de la pensée humaniste dans ce domaine, qui est celle de l'immense majorité silencieuse des Français.
C'est une réponse efficace contre la multitude de livres que sortent, chaque année, les protecteurs des animaux à buts véganiens pour salir les éleveurs, inciter la population à se convertir au végétarisme, à ne plus aller voir les animaux dans les cirques, les zoos, etc.

5°) Sous la Présidence de François Hollande, des fonctionnaires ministériels avaient préparé un article de loi qui aurait permis aux associations de protecteurs à buts véganiens d'attaquer au Tribunal les possesseurs d'animaux sur la base du code rural pour "atteinte au bien être animal".
Le bien-être animal étant une notion non scientifique et floue, cela aurait permis aux associations de protecteurs à buts végétariens de mener une guérilla judiciaire incessante par laquelle elles auraient rempli leurs caisses de dommages et intérêts et détruit toutes les activités qui ne leur plaisaient pas, entraînant des centaines de milliers de chômeurs en plus. La fédération ProNaturA France a sensibilisé des centaines d'Hommes politiques en leur communiquant des argumentaires juridiques et en leur montrant les conséquences néfastes et dangereuses d'un tel article de loi. Les Députés étaient pour, les Sénateurs contre et ce n'est qu'en dernière lecture à l'Assemblée Nationale, en commission mixte paritaire Députés-Sénateurs que cet article a été retiré.

C'est sur cette victoire essentielle pour l'avenir des activités d'élevages de loisirs ou professionnels que notre bilan s'achève.

Nous espérons que ce bilan aura pu démontrer qu'il est totalement impératif que la fédération ProNaturA France puisse être soutenue activement pendant encore très longtemps par des milliers de personnes et d'associations pour être efficace dans la défense de tous les possesseurs et passionnés d'animaux.


 

proposition_pub3.jpg