Machaon1Le machaon ou grand porte-queue


Le machaon ou Grand porte-queue est un insecte lépidoptère de la famille des Papilionidae que l’on trouve dans toute l’Europe. Il vole d’avril à septembre dans les lieux richement fleuris et non traités (une seule génération dans le nord, deux ou trois dans le sud). C’est l’un des plus grands papillons de France (32 à 40 mm). Il est brillamment coloré (jaune, bleu, orange, noir) ; les ailes postérieures se terminant par une queue allongée ; ses antennes sont fines et se terminent en forme de petites massues.

Les quatre états du machaon (Papilio machaon)
Le machaon se développe en quatre états très différents : œuf, larve (chenille), nymphe (chrysalide) imago (papillon).

Machaon2De l’œuf (chorion) à la chenille
Après l’accouplement, la femelle dépose, un par un, quelques douzaines d’œufs d’environ 1 mm, de préférence sur la plante hôte de la chenille. L’éclosion apparaît environ une dizaine de jours après la ponte ; pour son premier repas, elle dévore le chorion (sa coquille) avant de s’attaquer à la plante hôte.

Grosse chenille verte avec des rayures noires parsemée de points oranges, la Machaon3chenille du machaon possède un appendice orange vif à l’arrière de la tête (l’osmatérium) qu’elle déploie lorsqu’elle est inquiétée (on dit qu’elle dévagine) comme deux petites cornes oranges qui répandent une odeur fétide pour décourager les opportuns. Elle est extrêmement vorace puisqu’elle multiplie son poids de naissance par mille en deux semaines. Comme sa peau n’est pas indéfiniment extensible, elle doit muer quatre ou cinq fois. Deux à trois jours avant une mue, elle arrête de s’alimenter et tisse un coussinet de soie sur lequel elle s’immobilise. Lorsqu’elle s’extirpe de la mue trop petite, elle se retourne et la mange.

Machaon5La chrysalide
Au bout de 4 à 5 semaines, la chenille recherche un abri éloigné de la plante hôte et se nymphose : avec un fil de soie, elle fixe l’extrémité de son abdomen et tisse une ceinture de soie autour du thorax, la maintenant la tête en haut. Tous les organes larvaires sont alors remplacés par les organes imaginaux (du papillon).

Les plantes-hôtes autour de nos jardins
Le machaon affectionne la carotte (sauvage ou non) en fleur, le fenouil et les ombellifères (maintenant nommées “apiacées”) qui sont des plantes-hôtes pour ses chenilles. Lorsque les plantes nourricières sont chargées de dérivés azotés, les chenilles meurent intoxiquées en quelques heures. Cultivons autrement et sainement dans nos jardins !

Le machaon pond facilement dans les branches du fenouil, vert ou argenté, dans les pieds de carotte sauvage (ou cultivée si nous en laissons quelques pieds fleurir), les apiacées des prairies fleuries, la rue et le persil en fleur, les zinnias, la valériane. Le buddleia ou arbre à papillon les attire énormément et si vous souhaitez observer ces magnifiques machaons (et les flambés avec lesquels ils aiment papillonner), n’oubliez pas de rabattre ces arbustes tant pour mettre les fleurs à hauteur de votre regard (car ils butinent sur les fleurs de la cime) que pour éliminer l’excès de graines en fin de saison.
Machaon6Je les ai vus aussi très gourmands du plantain lancéolé en fleur et des fleurs d’agrumes dans le Sud.


Liliane Lenfant


 

proposition_pub1.jpg