Croquis Julio Branco
Croquis Julio Branco

Le Boulant de Valencia type hollandais


Le Boulant de Valencia type Hollandais, a été créé de toute pièce par des éleveurs sélectionneurs hollandais pour un besoin de loisirs bien précis. Vers la fin du XIXe siécle, dans les jardins d'agrèments qui entouraient les belles maisons hollandaises, on pouvait apercevoir de jolis pigeonniers sur pilotis. Dans ces pigeonniers étaient élevés en liberté, toutes sortes de races de pigeons.

Certains marins hollandais, vers la fin du XIXe siècle, ont apporté des pigeons de la région de Vaiencia (Est de l'Espagne). Ces pigeons qui étaient des Boulants de Valencia, avaient la particularité d'être des pigeons très dociles. Ils avaient en plus la faculté de ramener à leur pigeonnier les pigeons égarés ou les sujets qui n'étaient pas accouplés. Par conséquent, ces pigeonniers sur pilotis convenaient très bien à ces pigeons de Valencia qui, en plus donnaient un spectacle de séduction en faisant la cour aux femelles par des petits sauts, en décrivant des petits ronds autour de sa future conquête. C'était un vrai conquérant, et il finit par son charme à séduire de nombreux colombiculteurs hollandais.

Ce n'est que vers 1917 que commence vraiment l'élevage des Boulants de Valencia, ramenés de Valencia (Espagne), mais en petite quantité. Les pigeons, à cette époque, étaient en liberté, et des croisements se firent entre les pigeons de Valencia et les pigeons des autres pigeonniers, à l'insu de leurs propriétaires. C'est ainsi qu'en 1938, quelques pigeons de ces croisements sauvages ont été présentés dans une exposition. Il y eut des contestations sur le type. Cela provoqua un déclic, et une petite poignée d'éleveurs de la région d'Amsterdam décidèrent de créer un type de pigeon propre à leur idée, avec les qualités du Boulant de Valencia.

La guerre civile d'Espagne qui dura du 18 juillet 1936 au 29 mars 1939, avait détruit de nombreux pigeonniers dans la plus grande partie de l'Espagne, et de nombreux éleveurs sélectionneurs espagnols, malheureusement, avaient disparu dans cette cruelle guerre. Ce qui fit que le Boulant de Valencia était extrêmement difficile à trouver dans sa propre région.

En 1939, C.S. 1h. Van Gink, avait traduit un article d'un journal anglais spécialisé dans l'aviculture. Il ressortit que des immigrants espagnols, avant la guerre civile d'Espagne, avaient amené avec eux ces fameux boulants de Valencia. C'est ainsi que dans les pays d'Amérique du Sud, et en particulier en Argentine, ces pigeons étaient très connus, et leur élevage florissant.

Des colombiculteurs hollandais réussirent à contacter en Argentine, en 1939, un colombiculteur argentin du nom de Noël Bargman. Noël Bargman céda six couples pour la somme de 50 à 100 florins, payable en livres anglaises, ce qui pour l'époque était extrêmement cher.

Il n'était pas sûr que tous ces pigeons supportent bien le voyage, car à cette époque il se faisait par bateau. C'est ainsi qu'une personne (je suppose que cela devait être un colombiculteur hollandais), était chargée, pendant le voyage, de donner les soins nécessaires (nourriture, boisson et vaccination, si le besoin se faisait sentir).

Peu de temps après cette importation de Boulants de Valencia d'Argentine, éclate la Seconde Guerre mondiale qui donna un sérieux coup de frein à la colombiculture européenne, et détruisit une grande partie du cheptel colombicole hollandais. Après la Seconde Guerre mondiale, vers 1946, quelques éleveurs hollandais firent l'importation d'une centaine de Boulants de Valencia d'Argentine dans plusieurs coloris, des bleus, des noirs, des rouges et des blancs. Ces sujets furent croisés avec les descendants de la première importation de 1939, et depuis une forte sélection s'est opérée.

Nos amis hollandais ont, à un moment, introduit du Boulant de Norwich, ce qui a donné une plus grosse boule. Mais cela a provoqué chez les sujets à grosse boule, des engorgements, car le Boulant de Valencia a la boule pendante.

Les éleveurs hollandais gardent leurs Boulants de Valencia jalousement, et certains membres du Club français des pigeons de races ibériques, n'ont eu qu'un ou deux sujets après avoir parcouru plusieurs centaines de kilomètres à travers la Hollande. Après un sérieux travail de sélection de plusieurs années, en 1989 le Boulant de Valencia type hollandais est un pigeon typiquement hollandais, qui n'a rien à voir avec son ancêtre espagnol ni dans la forme, ni le type. Il a son propre standard.

Les sélectionneurs hollandais ont façonné un autre pigeon. Il a une forme triangulaire vu de face, de côté et du dessus. Le dessous du pigeon doit faire une ligne horizontale du départ de la boule jusqu'à la queue. Un point important c'est la tête qui est ronde et large. Sa boule qui commence en dessous du bec, tombe pendante en forme triangulaire, souple et peu développée.

C'est un pigeon de création hollandaise sur les bases d'une des plus anciennes races espagnoles. Les éleveurs hollandais ont su transmettre le caractère et les qualités de séduction des pigeons de races espagnols, tout en façonnant un pigeon à leur goût.

Si dans de nombreux pays d'Amérique du Sud comme l'Argentine, le Chili, le Pérou, nous trouvons des Boulants de Valencia, ils n'ont rien de ressemblant avec ceux du type hollandais. Ils ont une petite boule et n'ont pas la même morphologie. Mais ils ont servi à la création de ce joli Boulant.

En 1989, de nombreux colombiculteurs allemands s'intéressent à cette jolie race de pigeons. En France, nous avons quelques membres du Club ibérique qui en possèdent quelques couples. Je pense que dans un proche avenir, nous aurons le plaisir de le voir dans nos expositions.

Charles QUIROS.
Revue Avicole 1990.

proposition_pub1.jpg