C.capistratusChaetodon capristatus (Papillon à 4 yeux)


Dans les années 1970, les poissons des Caraïbes étaient bien plus fréquents dans le commerce aquariophile. Cependant, au fil des années l’accent des aquariophiles marins s’est placé sur les coraux et les poissons-papillons ont perdu de leur intérêt. Ce n’est que depuis quelques années que quelques amateurs ont essayé d’intégrer les poissons papillons dans des bacs récifaux.

C.capristatus1Classe : Actinopterigii (épineux à nageoires rayonnées)
Sous-classe : Neopterigii
Ordre : Perciformes (Perches)
Famille : Chaetodontidae (Poissons-papillons)
Genre : Chaetodon
Espèce : capistratus
Nom vernaculaire : papillon à quatre yeux
Synonyme : Chaetodon bricei Smith, 1898 – Pseudocirrhites pinos Mowbray, 1927 – Sarothrodus capistratus Poey, 1868

Chaetodon capistratus (Linnaeus, 1758)

Distribution
Caraïbes, Golfe du Mexique, côte est de l’Amérique du Nord, des côtes du Massachusetts (juvénile à partir du nord de la Floride) au nord-est de l’Amérique du Sud, et des Bermudes au Venezuela.

Habitat
Eau peu profonde des récifs coralliens (profondeur de 2 à 20 m). On le trouve dans les récifs coralliens riches et peu profonds (lagon, platier et pentes externe).

Description
comme tous les poissons-papillons, Chaetodon capistratus a un corps ovale et aplati latéralement. Il atteint une taille de 10 à 15 cm au maximum.
Le corps est gris et jaune avec des chevrons. Sa livrée présente de part et d’autres du corps un ocelle noire entourée d’un anneau blanc, situé sous l’arrière de la dorsale. Une bande noire située sur la tête traverse la gueule jusqu’au menton. Un liseré cours du départ de la dorsale jusqu’à la nageoire anale.
Les juvéniles ont un ocelle noir en plus, sur la dorsale souple, ainsi que de 2 barres sombres verticales en travers du corps.

Le poisson papillon à quatre yeux, très répandu dans l’Atlantique occidental semble apparemment être un bon candidat car il ne reconnaît pas les coraux durs et Mous de l’Indo-Pacifique comme nourriture. Mais pour autant est-il « reef safe » ?

C.capristatus2Ce poisson-papillon doit son nom aux grandes taches noires cerclées de blanc sur l’arrière du corps imitant un grand pseudo œil, simulant un poisson plus grand aux prédateurs, et dirigeant une possible attaque sur la queue, ainsi le poisson peut s’échapper plus facilement. Dans le même temps, l’œil réel est camouflé par une large bande noire. Il y a certainement beaucoup de poissons de l’Indo-Pacifique présentant un patron tout aussi coloré mais beaucoup de ces espèces sont dès le départ classé comme mangeuses de coraux. Les indications alimentaires suivantes peuvent être trouvées pour le poisson papillon à quatre yeux : Principalement des anémones encroûtantes, des vers tubulaires, des gorgones et des Tuniciers (Fish base 2015) ; Coraux mou (gorgones), coraux durs à grands polypes, éponge, vers tubulaires : (https://reefapp.net/fr/lex/details/chaetodon-capistrus) Hexacoralliaires, octocoralliaires, vers tubulaires, mollusques, œufs, algues (BIRKELAND, 1981)

Par conséquent, il ne convient pas aux aquarium récifaux. Il faut maintenant essayer quels coraux sont susceptibles de convenir pour une maintenance commune de par leurs toxines alimentaires. Les espèces du genre Sinularia conviennent particulièrement. Vous pouvez également essayer le corail bleu (Heliopora caerulea) et les coraux de feu (Millepora sp).
Certaines anémones sont également en sécurité, par exemple les anémones symbiotiques sont habituellement bien défendues par leurs poissons partenaires de sorte que même les papillons qui mange des anémones ne parviennent pas aux anémones et ne peuvent les titiller. En général, la population de coraux doit être constituée de telle manière qu’elle puisse vivre avec le poisson. Si vous distribuez de bons morceaux de nourriture (les mysis procurent plus d’énergie que les coraux), ils s’attaquent moins aux seconds. Cependant cela n’est pas à exclure avec cette espèce. Plusieurs rapports provenant de forums selon lesquels cette espèce s’est d’abord attaquée aux anémones encroûtantes et, plus tard à également mangé des coraux durs à grands polypes. Les coraux durs à petits polypes n’ont pas été importunés, cependant des attaques ne peuvent être exclues. Chaetodon capistratus est l’un des poissons-papillons parmi les plus facile à maintenir. Un système UV devrait être obligatoire pour les aquariums hébergeant des poissons-papillons. Les animaux présentent souvent des parasites cutanés et, par conséquent, une bonne quarantaine est recommandée. Souvent l’apport alimentaire initial dans l’aquarium est un problème, car surtout les animaux plus âgés sont difficiles à convertir aux aliments de substitution sous forme de nourriture surgelée. On aura plus de succès avec des larves de moustiques vivantes, des œufs de homard ou de poisson et des artémias. Les animaux ont besoin d’un espace de nage suffisamment grand et d’une eau très propre et pauvre en nitrates. Un aquarium de 500 l minimum est nécessaire pour la maintenance d’un couple. Cependant, une maintenance isolée est également possible car les animaux se rencontrent individuellement dans la nature. Une étude avec l’espèce sœur des Caraïbes, Chaetodon striatus, sur le récif a démontré qu’il n’y a pas de différence de conditions entre des animaux nageant en couple et des animaux solitaire (BONALDO, 2005). Dans la nature, il existe chez les deux espèces principalement des couples et des célibataires plus jeunes qui, surtout juvéniles, défendent de petits territoires. Les adultes ne sont plus autant liés au territoire.


Littérature
BIRKELAND, CH & S, NEUDECKER (1981) : Foraging Behavior of two Carribean Chaetodontids : Chaetodon capistratus and C. aculeatus. Copeia. 1981, pp. 169-178
BONALDO, R.M, J. KRAJEWSKI, & I. SAZIMA (2005) : Meals for two : Foraging activity og the Butterflyfish Chaetodon striatus (Persiformes) in southeast Brazil, Brazilian Journal of Biology 65, n°2 (2005) : 211-215.


Texte : Patrick Bertrand (Récif France)
Photos : Robert Allgayer (Fédération Française d’Aquariophilie)


 

 

 

proposition_pub3.jpg