Bourbonnaise coqLa Bourbonnaise


Comme beaucoup de races françaises, la Bourbonnaise existe depuis longtemps dans sa région d'origine, dans le centre de la France. Volaille assez lourde à crête simple, moyennement répandue, elle n’existe pas en naine.

Bourbonnaise parcOn la rencontrait à l’état naturel, principalement, dans les départements de l’Allier, de la Nièvre, dans le sud du Cher, dans le Loiret et dans la partie ouest de Saône-et-Loire, dans les vallées de l'Allier et de la Loire (région de Moulins, Varennes et Saint-Pourçain). Dans ces régions, existait depuis des siècles une poule blanche. Vers 1860, avec l'introduction en Europe de la volaille asiatique Brahma, ces poules blanches ont subi des croisements. Et il apparut des sujets herminés, c'est-à-dire blancs avec des marques noires aux ailes, camail et queue. Dans les régions de Tronget et Montmarault, c'est le type blanc qui dominait ; dans les régions de Varennes et Saint-Pourçain, c'était le type blanc herminé de noir. Depuis 1895, ce dernier fut sélectionné en vue des expositions. Un « Bourbonnais-club » fut créé ; président fondateur : Louis Mazet ; siège social à Moulins.

Les partisans des deux variétés (herminée et blanche) les avaient réunis dans un standard unique. Mais en 1911, sur l'initiative de Louis Mazet, après accord avec Monsieur de Sainville président du Gâtinais-Club, il fut décidé que les volailles blanches seraient appelées Gâtinaises et les volailles herminées, Bourbonnaises.

Bourbonnaise coq2Deux grandes questions à présent :
1 - Y-a-t-il du sang de Sussex (race anglaise assez semblable) dans la Bourbonnaise ?
2 - Y-a-t-il du sang de Bourbonnaise dans la Sussex ?
Il y a une controverse à ce sujet. Certains répondent oui à la première question et d'autres bien sûr oui à la deuxième question. Pour départager tout le monde, voici ce qu'écrit Alex Wiltzer (ancien président de la Société Centrale d'Aviculture) dans la Revue Avicole : « Nous n'avons jamais accepté de pareilles thèses sur l'origine des deux races. Ce qui est beaucoup plus vraisemblable, c'est que les coqs Brahma importés à peu près à la même époque, tant en Angleterre qu'en France, ont servi en Angleterre, croisés aux poules du pays, à faire de la Sussex et des coqs Brahma herminés, pareils croisés à nos poules de ferme dans le Bourbonnais, ont donné naissance à la race de la Bourbonnaise ». Et je pense que Alex Wiltzer a raison.

En tout cas, il y a toujours eu concurrence et confusion entre la Bourbonnaise et la Sussex herminée. Et il faut dire que certains éleveurs n'ont pas hésité, après la deuxième guerre mondiale à infuser du sang de Sussex ; cela donna de la masse à la Bourbonnaise, mais lui fit perdre beaucoup de qualités : ponte, élégance ...

Le standard
Le standard rédigé par Louis Mazet, publié dans la Revue Avicole en 1913, a été adopté par le Bourbonnais club le 9 octobre 1919 et approuvé par la Fédération Nationale des Sociétés d'Aviculture de France le 19 Avril 1920.


A cette époque, sa commer-cialisation se fait sur les nombreux marchés régionaux mais aussi par l’intermédiaire des expéditeurs bourbonnais qui l’envoient dans le Sud-est, sur la côte méditerranéenne, en Auvergne, en Suisse, en Angleterre...
Contrairement à beaucoup de races françaises, la Bourbonnaise n'était pas en régression dans les années 1940, puisqu'elle participait avec succès à des concours de ponte.

La Bourbonnaise est une volaille d'assez bonne taille : 3,5 kg pour le coq et 2,5 kg pour la poule.

Principales caractéristiques : corps long et large ; crête simple ; oreillons rouges ; yeux vifs, à iris rouge orangé ; tarses blanc-rosé

Origine
France, région Auvergne, dans le département de l'Allier (ancienne province du Bourbonnais). Standard homologué le 19/04/1920.

Aspect général
Race mi-lourde, assez haute sur pattes, élégante malgré sa taille, à dos incliné et cuisses saillantes. Volaille très rustique à chair excellente. Bonne couveuse et meneuse.

Bourbonnaise poule2Caractéristiques du coq
Corps : long et large, port légèrement relevé ;
Cou : de longueur moyenne, camail bien fourni ;
Dos : long, large, incliné vers 'arrière ;
Épaules : larges
Ailes : moyennes, portées horizontalement ;
Selle : large, sans bouffant ;
Queue : longueur moyenne, port assez relevé, bien fournie, faucilles bien développées ;
Poitrine : large, profonde ;
Abdomen : bien développé ;
Tête : allongée ;
Face : rouge, lisse, léger duvet toléré ;
Crête : rouge, simple, taille moyenne, droite, texture fine, le lobe détaché de la nuque (souhaité) ;
Bourbonnaise coupleCrêtillons : 4 à 7 ;
Barbillons : rouges, longueur moyenne, ovales, texture fine ;
Oreillons : rouges, moyens, ovales ;
Yeux : iris rouge orangé ;
Bec : blanc crayonné de noir ;
Cuisses : fortes, bien apparentes ;
Tarses : blanc rosé, longueur et grosseur moyennes, lisses ;
Doigts : 4 ;
Plumage : serré au corps.

Caractéristiques de la poule
Mêmes caractéristiques que le coq en tenant compte des différences sexuelles. Queue serrée et fermée. Crête petite et droite.

Défauts éliminatoires
Traces de jaune sur le bec et autour du bec ; oreillons blanc ; tarses d'autre couleur ; plumes aux tarses ; coq pesant moins de 2,7 kg ; poule moins de 1,7 kg. A éliminer, les sujets rappelant la Sussex.

Variétés
Blanc herminé noir : plumage entièrement blanc. Camail à dessin herminé débutant à Bourbonnaise poussinsmi-hauteur et ouvert sur le devant du cou, les flammes noires ne débordant pas le liseré. Rechercher un noir brillant à reflets verts notamment sur les faucilles. Lancettes dessinées de flammes noires. Faucilles et petites couvertures de la queue bordées d'un liseré blanc. Rémiges blanches, les barbes internes noires. Sous plumage blanc.

Masses : Coq : 3,2 à 3,8 kg ; poule : 2,2 à 2,8 kg.
Masse minimale de l'œuf à couver : 60 grammes.
Œufs : environ 200/an suivant l'élevage et l'alimentation ; coquille crème.
Diamètre des bagues : coq: 20 mm ; poule : 18 mm
Chair : excellente.

 


 Texte et photos Christophe Nigon


 

proposition_pub2.jpg