SilkieCombien de volailles aux USA ?


Cette question a amené le conservatoire de l’élevage des USA, association dont le but est de sauver les animaux d’élevage menacés d’extinction, à lancer une étude sur un an afin de déterminer le nombre de représentant de chaque race par espèce et de les classer dans l’ordre de leur mise en danger. Il y a donc actuellement plus de 50 races de poules, près de 40 races de canards ainsi que plusieurs races d’oies et de dindes en voie d’extinction aux USA.

Dindons1Bétails et volailles étaient autrefois aussi diversifiés que les régions dans lesquelles ils vivaient, adaptés à l’environnement local et aux besoins des populations. Les volailles sont aujourd’hui élevées pour un type bien précis de production agricole.

Les races modernes atteignent leur taille de commercialisation très rapidement avec un minimum d’intrants. C’est par exemple le cas des dindes destinées à « Thanksgiving ». Les races patrimoniales, élevées depuis des centaines, voire des milliers d’années, deviennent aussi rares que les éleveurs eux-mêmes.

Pourquoi s’interroger sur le maintien de ces races anciennes moins productives ?
« Parce que le maintien de la biodiversité jour un rôle très important dans la protection de notre approvisionnement alimentaire » explique le Docteur A. Martin, directrice générale de la Conservation de l’élevage. Elle explique que les races patrimoniales conservent de nombreux traits, tels que la résistance Australian spottedaux maladies, l’adaptation régionale, et la recherche de nourriture et de soins maternels instincts qui aident les animaux d'élevage à résister aux divers facteurs environnementaux. « De plus, ils sont amusants à regarder, bien sûr. ».
Pour ce faire, l’enquête a été menée auprès des agriculteurs, amateurs, universités, couvoirs etc. Une écloserie a financé le projet ce qui a permis d’atteindre plus de 4 millions d’amateurs de volailles. Cette étude de la population avicole est la plus complète qui ait été réalisée aux USA et probablement dans le monde.
Bien que ce recensement ait révélé près de 80 races de volailles « à risque », quelques points positifs sont à noter. L’orpington et la wyandotte ont « quitté » la liste des espèces menacées après y avoir figuré respectivement 12 et 28 ans. Dans l’ensemble, 26% des races étaient plus nombreuses que lors du recensement précédent effectué il y a environ 10 ans.

LeAylesburys dindes patrimoniales s’en tirent exceptionnellement bien avec une population reproductrice multi-pliée par dix ; les canards sont également en augmentation mais elle est moins spectaculaire. Par contre, pour les oies, les résultats sont mitigés.

Pourquoi les races nationales de volailles (et de bétail) sont-elles en voie d’extinction ?
L’agriculture moderne favorise l’utilisation de quelques races hautement spécialisées, sélection-nées pour un rendement maximum dans des environnements contrôlés de manière intensive. De nombreuses races traditionnelles n’excellent pas dans ces conditions ce qui provoque leur impopularité et les menacent d’extinction.

Pourquoi la diversité génétique est-elle importante ?
Comme tous les systèmes écologiques, l’agriculture dépend de la diversité génétique pour s’adapter à un environnement en constante évolution. La diversité génétique chez les animaux domestiques est révélée dans les races distinctes chacune avec des caractéristiques et des utilisations différentes.

CornishLes races historiques traditionnelles conservent des attributs essentiels pour leur survie, leur autonomie, leur fertilité, la recherche de leur nourriture, leur longévité, leur instinct maternel, leur capacité à s'accoupler naturellement, et leur résistance aux maladies et aux parasites.

Comme les changements de l’agriculture, cette diversité génétique est nécessaire pour une large gamme d'utilisations et de possibilités.

Une fois perdue, la diversité génétique est disparue pour toujours.

Wyandotte

 

 

 

 

Lakenvelder

 

 

 

 


Texte et photos : American Livestock Breeds Conservancy - (www.LivestockConservancy.org)
Arrangements français : Jean-Jacques Lorrin

TLC

 

proposition_pub1.jpg