Henri GarciaHenri Garcia : jeunesse et maîtrise


Juge et jeune, ce n'est pas toujours très facile à gérer. C'est une espèce rare en quelques sortes, donc intéressante à étudier.
Mais ce n'est pas en raison de sa jeunesse que je suis allé voir Henri Garcia, mais pour sa réputation de sérieux.

Tête noire de Brive
Tête noire de Brive
Il habite à Ansans, dans le Gers, à 30 mn de Toulouse. Le paysage est magnifique. Le terrain est légèrement en pente et les pigeonniers suivent cette petite pente de haut en bas.La passion des animaux, il l'a toujours eue. C'était un héritage familial. Son père notamment avait déjà des pigeons de race, même quand ils habitaient au Gabon, pour le travail.
Cependant, avec les déplacements, les changements de lieu d'habitation, cela n'a pas toujours été facile.
Quand le métier est devenu stable, il a pu investir et s'investir pleinement dans sa passion, jusqu'à franchir l'ultime étape et devenir juge « pigeons ».

En premier lieu, j'ai admiré les installations. Dans cet élevage, tout est rationnel et tout est pensé.
Il s'agit non seulement de se simplifier la vie, mais aussi d'assurer aux pigeons la santé et de bonnes conditions de vie.
Dommage que je n'ai pu visiter son élevage avant de commencer le mien. Cela m'aurait éviter bien des erreurs. La clé du succès est, pour une bonne part, je pense, un sol en caillebotis. Les caillebotis sont sur pilotis.
Installés de la sorte, les pigeons ne sont jamais en contact avec leurs fientes. Vous évitez ainsi les maladies les plus courantes et récurrentes que sont les vers, la coccidiose et la trichomonose.

En outre, vous n'avez pas à nettoyer le sol toutes les semaines, ce qui est une corvée qui fait abandonner l'élevage à beaucoup.
Après avoir vu cela, je conseillerais à tous les éleveurs de poser leurs volières et pigeonniers sur caillebotis plastiques. En plus, si vous le souhaitez, cela passe au nettoyeur haute pression et c'est toujours propre.

Boulants gantois
Boulants gantois
Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ...et les fientes sont récupérées périodiquement sous les caillebotis au racloir pour le jardin.

Par ailleurs, les graines qui tombent en dessous n'y restent pas longtemps. En effet, des poules naines soie viennent les manger rapidement.

Les volières sont tournées à l'Est et protégées au Nord et à l'Ouest. Les mangeoires sont de grande contenance. L'eau est amenée automatiquement aux abreuvoirs.
Le temps ainsi gagné permet de passer plus de temps à observer ses pigeons.

Pour les nids aussi, il y a un secret : les pigeons aiment nicher dans l'obscurité. Leurs ancêtres bisets sauvages étaient cavernicoles. Si vous disposez de réservoir plastiques, genre conteneur à fuel, cela fera très bien l'affaire. Il suffit de les poser les uns à côté des autres sur une étagère et de faire un trou dans chacun pour que les pigeons puissent y rentrer.

En second lieu, j'ai admiré la qualité des pigeons. Il est rare de voir une telle diversité.

En race française : des têtes colorées de Brive. Il s'agit d'une très ancienne race locale qui n'a pas été loin de l'extinction, mais qui relève aujourd'hui la tête grâce à l'action du club de

Beauté allemand
Beauté allemand
race.
Elle a été sauvée par les éleveurs de loisirs. Elle est un symbole et c'est pourquoi elle avait été choisie pour figurer sur l'affiche couleur « Sans nos éleveurs, ils auraient disparu », conçues et diffusée par la fédération ProNaturA France aux médias, hommes politiques, écoles, etc. , pour redorer le blason des éleveurs amateurs.
Elle est une des rares races à porter le gène pencilled, qui donne cette couleur si particulière, chaque plume blanche étant liserée d'une autre couleur, sauf la tête et la poitrine, qui apparaissent plus foncées. La qualité des sujets est tout simplement exceptionnelle.

En pigeons de forme, des pigeons de Beauté allemands. Dans cette race, il existe de nombreuses variétés. Il est difficile de faire jeu égal avec les éleveurs du pays d'origine, qui sont très nombreux et bien organisés. Cela implique de se déplacer loin et d'aller se mesurer amicalement aux Allemands. Cependant, lorsqu'on est aussi titré qu'Henri Garcia, on est apprécié et respecté même par les Allemands.

Les pigeons « poule » me direz vous ? Henri Garcia a choisi d'élever des Triganini de Modène, petit pigeon bien sympathique aux mille couleurs, ancêtre de tous les Modènes. Il a réussi à atteindre la perfection du type en rouge et en jaune.
C'est d'ailleurs pour ses excellents résultats que j'ai entendu parler de lui pour la première fois au sein du Club Français des Pigeons d'Origine Italienne.

Je ne suis pas un spécialiste des Boulants et aurais bien du mal à les décrire aussi bien qu'il le fait lui. Cependant, je dois dire que j'ai été impressionné par la prestance de ses Boulants Gantois. Les éleveurs ont coutume de dire que lorsqu'on est « tombé dans le Boulant », on en ressort jamais. C'est un élevage qui ne ressemble pas aux autres. Il existe un jeu et une complicité qui
s'instaure entre chaque pigeon et son maître. A elle seule, cette complicité mériterait bien des articles spécialisés.

Dans les pigeons de structure, l'un des joyaux est le Capucin hollandais.
C'est un pigeon qui est toujours très admiré, même par les personnes qui n'apprécient pas
forcément les pigeons. Ce que ne connaissent pas les néophytes, c'est la difficulté qu'il y a à
atteindre la perfection du type. Construire une souche demande des années de travail persévérant.

On est un petit peu dans la même logique pour le Lahore, élevé chez Henri Garcia en rouge et jaune, qui semblent être ses couleurs favorites ; avec chez le Lahore aussi, tout un travail de toilettage avant le jugement. J'ai connu une époque où on voyait peu de Lahore en exposition.
Aujourd'hui, grâce au dynamisme du Club, c'est une race en pleine expansion.

Triganini
Triganini
On est rarement colombiculteur et colombophile en même temps. Henri Garcia a cette qualité.

Il a toujours des pigeons voyageurs et il est bien agréable d'être accueilli par leur vol au dessus de la maison. Il participe à certaines courses.
Des pigeons voyageurs aux pigeons de vol, il n'y a qu'un pas. Henri Garcia me présente ses dernières acquisitions : des pigeons TAKLA turcs. Ce sont des pigeons avec une couleur givrée très lumineuse qui effectuent des acrobaties dans les airs en claquant les ailes avec un bruit très singulier. Et c'est en voyant ces pigeons qu'on se dit que pour vivre heureux, l'Homme, en général, a décidément besoin de vivre entouré de diversité et a su créer cette merveilleuse diversité au fil des siècles quel que soit le lieu où il vit.

On en apprend chaque jour et c'est en gardant cette soif d'apprendre qu'on peut arriver à une certaines maîtrise de son art.
Le jugement des animaux demande maîtrise et rigueur. C'est un art difficile.
Faire l'effort d'élever autant de races pour les connaître à fond, est une action rare qui doit être soulignée.

Lahore
Lahore

Essayer de toujours s'améliorer et d'être complet est une constante du caractère d'Henri Garcia.
Cette complétude s'incarne même jusque dans l'élevage d'autres animaux. Récemment, il a acquis des lapins Argenté de Champagne. Voilà une nouvelle piste d'élevage, un nouveau centre d'intérêt.
Il commence aussi avec les oies. Mais, il a eu des soucis avec les prédateurs.
Il va falloir réfléchir et trouver les solutions pour y remédier.

Henri Garcia est un rural complet, puisque j'allais oublier de vous dire qu'il est également apiculteur. Sur ce sujet, il est également intarissable et je l'ai écouté avec un grand plaisir.

Si vous êtes un peu curieux de nature et que vous avez déjà eu l'occasion de lire le magazine « Village magazine », vous vous êtes peut-être aperçu que de nombreux habitants des villes souffrent du manque de nature, de la pollution, du bruit, des violences, des nuisances, etc.
Mais ils hésitent à sauter le pas, pour retourner vivre à la campagne.

Je crois qu'une simple visite chez le juge Henri Garcia devrait les en convaincre : entre le jardin, les abeilles, les petites poules qui courent partout, les lapins et la beauté des pigeons en vol, ils n'auront pas de mal à comprendre une chose simple et naturelle : le bonheur est dans le pré....que le pré soit dans le Gers ou ailleurs...●


 

proposition_pub2.jpg