couvertsMangeons sain, goûtons mille et une saveurs des terroirs


 Il y a plus de cinq ans, nous avions annoncé un changement progressif de mode de production passant d'une agriculture intensive quantitative jadis nécessaire pour nourrir une population en pleine expansion, à une agriculture qualitative redonnant sa place au " goût " et aux produits de terroirs aux saveurs si différentes.

Ceci ouvrant de nouveaux débouchés et de nouvelles filières. Nous nous en étions réjouis, car nous avions le rêve que toutes nos races françaises en voie de disparition (et sauvées par les éleveurs amateurs), retrouvent le chemin de nos fermes. ProNaturA France et tous ses membres ont essayé d'encourager et d'amplifier ce mouvement.

1°) Nous avons lancé l' opération " coquille blanche " visant à inciter nos concitoyens à faire un geste simple pour la biodiversité en mangeant à nouveau des œufs à coquille blanche pour redonner un avenir aux races de volailles françaises de terroir. Cette opération a plutôt bien marché (voir article consacré à cette opération) et nous n'avons plus l'impression de prêcher dans le désert. Avant que des producteurs ne se lancent à nouveau dans la commercialisation d'œufs à coquille blanche, comme cela était la règle avant la seconde Guerre Mondiale, il fallait créer les conditions susceptibles de donner aux gens l'envie d'acheter ces œufs. Il fallait leur faire comprendre les enjeux et l'importance de sauvegarder ces races, qui portent la diversité biologique et génétique, c'est à dire la biodiversité. Il fallait communiquer. C'est ce que nous avons fait.

boite oeufsNous avons appris récemment qu'un producteur courageux, en l'occurrence MATINES, commercialise des œufs à coquille blanche de poules " Gauloise noire " élevées en plein air. Nous vous laissons visualiser la publicité qui est bien faite.

C'est la première fois que la race est mise en avant comme symbole de qualité et c'est une excellente chose. Nous félicitons sincèrement ce producteur et espérons que cette action ouvre le début d'une nouvelle ère où beaucoup de producteurs comprendront que la race, synonyme de qualité, et l'intérêt pour la biodiversité peuvent faire vendre.

2°) Nous avons essayé d'amplifier ce mouvement en faveur de la diversité en proposant au Gouvernement un projet de loi pour une écologie humaniste intitulé " Contrats de Sauvegarde des espèces rares par l'élevage " ou CSE . Ces contrats avaient pour but de généraliser et de rationaliser ce mouvement en faveur de la biodiversité, parce que pour l'instant il se fait en désordre, sans beaucoup d'aides et cela risque d'en mener beaucoup à l'échec ou du moins à des déconvenues. Le but était d'associer des Conseils Régionaux, des scientifiques, des agriculteurs et des milliers éleveurs amateurs familiaux autour de la sauvegarde, la promotion et la valorisation des races locales. En exploitant la niche " produits haut de gamme ", nous aurions pu créer de nouvelles richesses pour la France et de très nombreux débouchés pour les jeunes agriculteurs. De plus, le travail de sauvegarde des éleveurs amateurs auraient été officiellement reconnu. Malgré une pétition qui a recueilli plus de 16000 signatures, nous n'avons pas encore d'écho favorable pour l'instant. Mais nous persévérons.....

Quoiqu'il en soit, même pour le moment en l'absence d'une volonté politique de fond, de nombreuses races de volailles françaises sont à nouveau valorisées économiquement et de plus en plus de Français peuvent redécouvrir leur goût inimitable sur les étals des marchés, des boucheries ou dans certains restaurants qui cuisinent des produits de qualité. C'est la cas de la Gournay, la Coucou de Rennes, la Marans, la Géline de Touraine, la Bresse-gauloise à crête pâle, la Houdan, la Barbezieux et la Bourbonnaise, mais aussi la dinde rouge des Ardennes pour lesquelles des filières sont bien organisées.

Bravo à toutes les personnes qui croient en l'avenir de ces races et animent ces filières. Bravo aussi au Chef cuisinier Pierre TROISGROS qui organise désormais chaque année une dégustation des volailles de races françaises avec un classement très attendu. ProNaturA France souhaite que des dégustations similaires pour les races de lapins et de pigeons puissent aussi voir le jour.

Pour encourager les petits agriculteurs et producteurs qui font le choix d'élever ces races françaises en respectant le bien-être animal, ProNaturA France a décidé de leur offrir une courte publicité gratuite sur son célèbre site internet http://pronaturafrance.free.fr .

Nous espérons que les éleveurs de LOUE, qui élèvent en liberté, auront un jour la sage initiative de produire de véritables poules LA FLECHE et LE MANS, en collaboration avec les clubs de races.

Cependant, certaines personnes peu scrupuleuses ont très bien compris l'argent qui pouvait tomber en " faisant terroir " et entendent profiter de l'intérêt du grand public pour ces produits de qualité. Il y a eu un précédent avec une pâle copie de la poule de Marans, commercialisée sous un nom approchant. De même, il existe, paraît-il une poule " charollaise " qui n'a rien à voir avec la véritable poule de race " charollaise ". Cela peut tromper le client.

De même encore, il ne servirait à rien de promouvoir la consommation d'œufs à coquille blanche si seuls des œufs à coquille blanche de poule leghorn blanche américaine s'imposent dans les circuits commerciaux.

Il est évident que ces problèmes vont rapidement se poser à nous.
La création des Contrats de Sauvegarde par l'Elevage aurait permis de remédier à cela, car les clubs de races auraient été associés aux producteurs et auraient été garants d'une sélection conforme au standard de la race ancestrale. C'est un peu ce qui se passe déjà dans les UPRA = unités de sélection et de promotion des races (bovins, ovins, équins, porcins, caprins) où toutes les parties (éleveurs, bouchers et commerciaux) se consultent et s'entendent pour l'orientation de la sélection. Les acheteurs auraient été certains d'acheter un produit authentique.

Au lieu de cela, nous risquons de voir se multiplier des dérives graves et des tromperies de clients. Tout cela au détriment de ceux qui feront l'effort d'élever de véritables animaux de races ancestrales.

Donc, je pense que ProNaturA France a un rôle à jouer et doit faire preuve d'innovation et de présence sur le terrain.

Voici des propositions, qui je l'espère, pourront être mises en œuvre prochainement :

1°) Il serait souhaitable qu'un logo fasse apparaître sur le produit la race de l'animal.
Au centre du logo, serait représenté un dessin ou une photo de la race de l'animal.
Autour, en cercle pourrait être inscrit " véritable poule de race houdan. ProNaturA France, ensemble sauvegardons la biodiversité ", par exemple. Si demain ProNaturA France dispose sur le terrain de délégués départementaux par espèces, il sera tout à fait possible d'attribuer ce logo aux éleveurs qui accepteront de recevoir la visite de nos délégués qui contrôleront que les animaux correspondent bien au standard de la race. Nous encouragerons tous ceux qui le souhaitent à passer un " contrat de confiance " avec les clubs de races (sorte de cahier des charges correspondant à la démarche des CSE) pour qu'ils puissent bénéficier de la reconnaissance, l'appui et l'aide technique des clubs.

2°) En ce qui concerne les boîtes à œufs, ProNaturA France pourrait commercialiser un modèle type pour chaque race de dessus et d'intérieur de boîte. Il y aura à l'intérieur de la boîte un petit message destiné à faire connaître ProNaturA France et ses actions en faveur de la sauvegarde des races et espèces en voie de disparition et expliquant pourquoi en achetant ce produit, on achète un terroir et on aide la biodiversité.

Ces propositions signifient que nous comptons beaucoup sur le dynamisme des clubs de races, qui verront ainsi leur rôle très valorisé. ProNaturA France, ça ne peut pas être deux ou trois personnes qui agissent. Sinon, ils ne tiendront pas très longtemps devant l'ampleur de la tâche. ProNaturA France, c'est vous, c'est nous. Si chacun y croit et apporte son aide individuellement, alors nous seront forts et solidaires et nous réussiront collectivement. Sinon, nous retomberons dans une situation de faiblesse, où nous subirons les idées et actes peu amicaux des écologistes extrémistes, qui détestent les animaux de races, et de l'autre côté, d'industriels de l'agroalimentaires seulement guidés par le profit de court terme.

Les propositions ci dessus sont, nous l'espérons, le meilleur service que nous pouvons rendre à la biodiversité et à toutes les races rares d'animaux que nous sauvegardons avec passion. Alors, nous comptons tous sur vous.

proposition_pub3.jpg