Les contrats de sauvegarde des espèces rares par l'élevage (C.S.E.)


La France est peut être, en volume, le deuxième exportateur mondial de produits agricoles, mais sa plus grande richesse réside dans la diversité de ses terroirs et de ses anciennes races et variétés d'animaux et de végétaux.
Dommage qu'elle ne le sache pas encore.
Cette richesse économique et culturelle est pour l'instant très largement inexploitée.
Elle pourrait être beaucoup mieux mise en valeur.

Des contrats donnant aux Régions le pouvoir de sauvegarder et valoriser leur patrimoine vivant en partenariat avec les milliers de citoyens éleveurs amateurs ou éleveurs professionnels et les scientifiques de l'Etat sont aujourd'hui l'outil indispensable pour mener tout à la fois une politique dynamique de préservation de la biodiversité, et sauver de la disparition toutes ces races en les faisant revivre grâce à la tradition culinaire française.

1 - Un impératif écologique : préserver notre patrimoine national .
A- Une prise de conscience : les races et variétés de terroirs portent la " variabilité génétique ", c'est à dire la biodiversité.
L'écologie, ce n'est pas une matière abstraite réservée à l'extrême gauche, ou à des savants chenus, c'est tous les jours que les Français peuvent la vivre en adoptant certains comportements appropriés. La France est depuis toujours la patrie de la bonne cuisine.

Quoi de plus agréable, au lieu de toujours culpabiliser les Humains, que de leur faire apprécier l'importance de la biodiversité, principe de base de l'écologie, en mangeant bien ?
Se pencher sur nos erreurs :
Au lendemain de la seconde Guerre Mondiale, le leitmotiv productiviste, justifié à l'époque par la nécessité de nourrir une population en pleine expansion, fit que la production passa au stade industriel (" hors sol ") et ne se concentra que sur quelques souches d'hybrides les plus productifs. Une décision politique dont on ne mesure qu'aujourd'hui, à la lueur des connaissances actuelles qui ont révélé l'utilité de protéger la biodiversité, les graves conséquences.
Les centaines de races qui faisaient alors toute la diversité de nos terroirs faillirent disparaître si elles n'avaient été sauvées par des particuliers désintéressés en tant qu'animaux domestiques, de compagnie ou d'ornement ( c'est le cas de notre célèbre coq gaulois) dans les basse-cours familiales. Il serait juste que la société du 21ème siècle reconnaisse que ce geste qualifié par certains à l'époque du " conservatisme entêté ", cette " résistance à la mode " fut utile, et permit in extremis d'éviter leur irrémédiable disparition. Il serait juste qu'elle le mette au crédit des éleveurs amateurs.

Mais depuis, bien de l'eau a coulé sous les ponts. Le monde politique et une très grande partie de l'opinion publique commencent à prendre conscience de la nécessité de maintenir la biodiversité, des espèces sauvages, ou des espèces domestiques. Un récent rapport de l'Organisation des Nation Unies pour l'alimentation et l'agriculture (F.A.O.) l'a rappelé :
" La sélection naturelle et humaine a donné des milliers de races génétiquement différentes d'animaux d'élevage, adaptées à une très grande diversité des milieux naturels. Le maintien de cette diversité permet en effet de sélectionner, en fonction des circonstances, des animaux capables de résister à diverses maladies, de s'adapter aux changements climatiques ou de répondre aux attentes des consommateurs ".
" Faute de mesures adéquates, plus de 2200 races domestiques pourraient disparaître dans les 20 années à venir, soit plus d'un tiers des quelques 6400 races de mammifères et oiseaux d'élevage actuellement recensées dans le monde , ce qui engendrerait, notamment pour les pays en voie de développement des conséquences graves ".

L'hyper productivisme a conduit à l'hyper spécialisation des races animales sur un seul critère (ponte, chair, ou lait) au détriment de leurs autres qualités.
Aujourd'hui, on réalise l'erreur qui a été faite, et on recherche à nouveau des races de terroirs à plusieurs fins, notamment parce que celles-ci sont plus rustiques et résistent mieux aux maladies, ce qui évitent l'abus d'antibiotiques ou traitements pesticides, fongicides lourds, etc.

B - Créer de nouvelles richesses tout en renforçant la tradition culinaire de la France
L'Agriculture est en train de changer de visage. Demain l'Europe encouragera une agriculture plus respectueuse de l'environnement et du bien-être animal, mais surtout ce qui est essentiel à nos yeux, l'accent sera mis sur la qualité des produits, leur spécificité et leur reconnaissance étant seules susceptibles d'assurer leur débouchés, et un revenu intéressant et durable pour des éleveurs sérieux.

Nos vieilles races d'antan seront bientôt à nouveau à la mode, car elles répondent à ces deux critères : qualité (de la chair, du lait, etc.) et richesse d'un patrimoine génétique unique (qui les rend particulièrement bien adaptées au sol, au climat, aux contraintes, ..., d'un terroir).

Beaucoup d'entre nous ont eu un rêve : pouvoir ouvrir un restaurant dans lequel, comme on commande un Saint Emilion ou un Pommard on pourrait commander une géline de Touraine ou une poule de Marans, un steak de cheval Comtois ou de Percheron, un steak de vache limousine, un gigot de mouton solognote ou un rôti de porc basque. La traduction de ce rêve est que la diversité des races et variété anciennes de terroir est comparable à la diversité des vins.

Nous créerions de nouvelles richesse si nous étions capables de réhabiliter et d'individualiser les races anciennes, en les rendant, pour le grand public synonyme de terroir et de qualité, par exemple sous la forme de label ou d'appellation contrôlée.

2 - Les C.S.E. doivent remédier aux difficultés technocratiques actuelles qui menacent de disparition rapide les races d'animaux que nous avions pourtant sauvées.
A - Le problème des vaccinations : il faut assurer une vaccination des animaux des éleveurs amateurs moyennant un coût réduit
La vaccination est le seul moyen d'éviter la propagation rapide d'épidémies.
Les éleveurs amateurs, qui tiennent à leurs animaux comme à la prunelle de leur yeux, y sont très attachés et vaccinent eux mêmes leurs animaux avec les vaccins actuellement disponibles.
coq1Cependant, deux problèmes se font jour :
   * Certains vaccins ne sont pas disponibles en petites doses. (par ex : - de 1000 doses). Or, un éleveur amateur n'a souvent que quelques dizaines d'animaux à vacciner. Ce qui fait qu'aujourd'hui, alors même que l'éleveur souhaiterait pouvoir protéger ses animaux, il ne peut le faire pour certaines maladies.
   * Le Ministère de l'Agriculture a exigé très récemment (avril 2002) que les animaux qui participent à des expositions (concours de beauté, championnat et présentation au grand public) soient vaccinés contre la maladie de Newcastle et la para -influenza par un vétérinaire et non par l'éleveur lui même, moins de 5 jours avant l'exposition, sous peine de sanctions pénales.
Cette décision dictée sous la pression de l'actualité est le type même de décision mal pensée imposée d'en haut sans concertation avec les acteurs de terrain. Les populistes ont ensuite beau jeu de dénoncer la " technocratie qui n'y connaît rien ", et de faire de bons scores aux élections.
Malheureusement, c'est effectivement le type même de décision vraiment technocratique, qui parce qu'elle méconnaît la réalité économique , aura de très graves conséquences immédiates.
Aucun éleveur amateur, qui expose trois pigeons ou autres à 9 euros en moyenne, ne peut se permettre en l'état actuel des choses, de faire venir chez lui un vétérinaire qui va lui demander, pour les vacciner entre 30 et 45 euros.
Cette situation est intenable, si elle perdure, cela signifie la fin des expositions avicoles qui sont pourtant un haut lieu de convivialité où se rencontrent les éleveurs pour s'échanger et acheter des animaux, où ils font examiner leurs animaux reproducteurs par des juges-spécialistes qui leur donnent des conseils pour la sélection et où ils sont heureux de faire connaître leur passion au grand public.
Une telle décision, aussi banale et mal pensée soit-elle, aura une conséquence immédiate grave : la disparition dans les cinq ans des races d'animaux de terroirs à faible effectifs, que nous avions pourtant sauvés.
Dans le cadre des C.S.E. , deux décisions pourraient aisément être mises en œuvre :
   * soit qu'un témoin de moralité (par exemple le président d'un club local ou son délégué) signe la feuille attestant qu'il a vu l'éleveur vacciner devant lui.
   * soit qu'un protocole puisse être signé avec un syndicat vétérinaire pour que les animaux des éleveurs amateurs puissent être vaccinés, comme cela se fait dans certains pays comme le Luxembourg et l'Allemagne, moyennant un coût réduit adapté à la valeur de l'animal (environ 45 centimes d'euros soit 3 francs pour les volailles et lapins, beaucoup plus bien sûr pour les ânes, caprins etc.)

B - Le problème des transports d'animaux : le convoyage des animaux est une nécessité vitale pour les éleveurs amateurs sélectionneurs, un service public qui doit continuer à être assuré.
Jadis, l'absence de réglementations concernant les transports d'animaux a conduit à des excès dont nous avons tous encore en tête les images choquantes.
La prise en considération de la sensibilité des animaux impose de leur assurer un certain bien-être lors de leurs transports.
Cependant, nous sommes aujourd'hui en train de tomber dans l'excès inverse : l'excès de réglementations mal pensées nuit tout autant que l'absence de réglementations.
Il s'agit de trouver un certain équilibre en prenant en compte les avis de toutes les parties.
Et non pas seulement les avis des seules associations qui se disent " défenseurs des animaux " et dont les plus radicales poursuivent non pas un objectif de " protection des animaux ", mais un objectif de " libération des animaux ", ce qui est très différent.
D'ailleurs, en Angleterre, le Front de libération des Animaux affirme dans ces tracts, que le meilleur moyen de mettre fin aux animaux de boucherie de races " torturées " et de multiplier les normes pour en empêcher le transport.
En aviculture notamment, parce que les effectifs de la plupart des races anciennes sont menacés d'extinction et les particuliers éleveurs, souvent éloignés, il y a besoin de s'échanger ou se vendre des animaux reproducteurs pour éviter une trop grande consanguinité, et ce à toute époque de l'année, selon les besoins.
Depuis peu, la multiplication de normes totalement ubuesques a conduit les compagnies qui convoyaient habituellement les animaux des éleveurs amateurs, soit à ne plus accepter ceux-ci, soit à multiplier les prix par deux ou trois. Aujourd'hui, pour expédier un coq qui vaut peut-être 12 euros, il faut souvent débourser jusqu'à 40 euros. Cette situation n'est pas tenable économiquement pour la plupart des éleveurs amateurs, qui sont souvent des personnes de condition modeste.
Si les sociétés de transports ne convoient plus le lapin " gris du bourbonnais " de Mr X, le canari " frisé parisien " de Mme Y, ou le chat " Chartreux " de Mlle Z, cela ne doit pas prêter à rire, mais cela aura des conséquences graves : il n'y aura plus d'expositions nationales, plus de saillies, plus de cessions ou d'échanges d'animaux visant à éviter la consanguinité.
Et dans les 10 ans qui viennent, des centaines de races d'animaux domestiques, déjà souvent menacées d'extinction, disparaîtront définitivement.
Observez le paradoxe : au nom de la protection des animaux, on est en train de détruire des dizaines de races qui auraient pu pourtant continuer à être sauvegardées par les amateurs.
Et on va à l'encontre même des recommandations de l'ONU sur la biodiversité visant à sauver ces races déjà menacées.

Dans le cadre des C.S.E., plusieurs solutions de bon sens pourront être mises en place :
   1°) L'Etat a imposé aux chauffeurs des sociétés de transports (Express, Sernam, etc.) des formations lourdes spéciales " transport animaux " afin que les transporteurs assurent un certain bien-être. Cela part d'une bonne intention. Mais ces compagnies, pour qui le transport des animaux des éleveurs amateurs est une activité marginale qui leur rapporte peu, refusent de payer ces formations, ce qui se comprend. Et donc ne convoient plus les animaux des éleveurs amateurs. La solution pour promouvoir une véritable politique du bien être animal est la suivante : L'Etat doit prendre en charge le coût de ces formations spéciales qu'il a imposé, sans surcoût pour lui, en prélevant les fonds sur le budget " protection animale " du Ministère de l'Agriculture .
  
   2°) A l'ère de la mondialisation et de la rapidité des communications et des transports, il est tout de même incroyable, que la France soit coupée en deux : il est devenu impossible pour les citoyens du Nord et de l'Est d'expédier leurs animaux dans le Sud Ouest et inversement. La raison : l'Europe a imposé que les animaux ne voyagent pas plus de 8 heures.
Si cela peut se comprendre pour certaines espèces de grandes tailles pour lesquelles doivent être prévues des aires de repos, beaucoup d'autres espèces en revanche (comme les poissons reproducteurs, les lapins, etc.) doivent être transportées le plus vite possible parce qu'elles souffrent plus de l'arrêt que du transport. Et de toutes façons les voyages en France métropolitaine n'excèdent jamais 12 heures, ce qui est supportable par toutes les espèces (si le camion n'est pas arrêté en plein soleil bien sûr).
C'est être arrêtées dans un endroit inconnu, puis être recapturées 12 heures plus tard qui créerait pour ces espèces le plus de stress. Et qui dit stress, dit organisme fragilisé et souvent ensuite apparition de maladies.
Qu'aucune partie du territoire national ne soit coupée d'une autre est un principe de base de l'aménagement du territoire.
Le SERNAM était une entreprise publique, qui assurait le service public des transports.
Si aujourd'hui, les entreprises privées refusent d'accomplir ce service de transport des animaux des particuliers amateurs, moyennant un coût qui ne soit pas prohibitif, c'est à l'Etat de discuter avec elle pour comprendre les motifs de ce coût très élevé (en réalité il existe aujourd'hui un monopole de fait=toutes les entreprises appartiennent au même groupe).
poule1S'il n'est pas justifié, cela appelle des sanctions, s'il l'est, notamment pour les régions les plus éloignées, une certaine quote-part pourrait être prise en compte dans le cadre de la politique d'aménagement du territoire.

   3°) Sous la pression de minorités d'activistes qui savent faire du lobbying, l'Europe n'en finit plus d'adopter des réglementations toujours plus ubuesques. Elle donne le bâton pour se faire battre à ses adversaires qui ont beau jeu de souligner ces " absurdités technocratiques ". Elle est en train de se faire détester par une part toujours plus grande de nos concitoyens.
Pour protéger l'Europe de ses dérives, il faudra à certains moments avoir le courage de la mettre en garde et de lui dire non.
Ainsi le Conseil de l'Europe est en train de discuter une convention pour protéger les lapins.
Certains représentants de certains pays souhaitent interdire l'exposition des lapins dans des manifestations publiques parce que cela d'après eux les ferait souffrir.
Cela veut dire en réalité que seraient interdits les lapins dans les cirques, les lapins pour les magiciens et les expositions (concours de beauté) avicoles et cunicoles.
Si l'Europe est capable de se ridiculiser à ce point, (interdire les lapins pour les magiciens), comment voulez vous qu'elle puisse encore inspirer confiance à nos concitoyens ?
La même convention souhaite également interdire le tatouage des lapins et interdire de les transporter plus de 4 heures. (Le motif : cela les ferait souffrir).
Si ce genre de sottises devaient être adoptées, le courage politique consiste à dire NON, et ne pas ratifier ce genre de convention.

La France, moteur de l'Europe, doit clairement affirmer son attachement à une autre conception de la protection animale : une protection animale non extrémiste, et ouvrir une nouvelle voie écologique en inscrivant ses races de terroirs en voie de disparition dans notre patrimoine national.

C - Protéger l'héritage écologique des futures générations : inscrire les races et variétés françaises de terroirs en voie de disparition dans notre patrimoine national.
Il est primordial d'avoir compris qu'il fallait conserver et mettre en valeur notre patrimoine architectural, pictural, archéologique,..., bref ce qu'on pourrait appeler " patrimoine figé "..., mais il serait dommageable de ne pas comprendre à temps qu'il est également nécessaire de protéger et mettre en valeur notre " patrimoine vivant ", car tous deux représentent une incroyable richesse pour la France.

Certains pays, conscients de ce devoir envers les futures générations ont inscrit leurs races de terroirs en tant que " patrimoine national à sauvegarder " dans la constitution. C'est le cas du Japon avec le célèbre coq Phoenix par exemple.

L'ONU en a fait de même en inscrivant la poule Nagasaki au patrimoine mondial de l'humanité, en tant que " valeur internationale à protéger ".

Ces mesures seront bientôt utiles pour protéger ces animaux des nouvelles revendications ubuesques que développe la branche fondamentaliste de l'écologie.
En Allemagne et en Suisse notamment, des associations qui se sont auto-proclamées "défenseurs des animaux" réclament l'interdiction pure et simple d'élever certaines races d'animaux (aussi bien volailles que chiens, chats, moutons, etc...) parce qu'elles seraient dotées de "handicaps" qui rendraient leur vie quotidienne insupportable et les exposeraient à attraper toutes les maladies qui passent.
Tout le monde semble avoir oublié que la "protection animale" n'est pas composée que de "gentils". Elle n'est pas une et uniforme. Des utilitaristes jusqu'à ceux qui rêvent d'un monde entièrement végétarien, elle recouvre toute une gamme de courants, que l'on pourrait ranger, comme l'a très bien démontré le philosophe Luc Ferry, dans son ouvrage " Le Nouvel Ordre Ecologique " soit dans la mouvance de l'écologie réformiste (ou shallow ecology) soit dans la mouvance de l'écologie profonde ou extrême (deep ecology).

Sur la base de la Convention de Protection des Animaux de Compagnie du conseil de l'Europe, le gouvernement socialiste, sous la pression de la branche fondamentaliste des verts a élaboré une législation qui souhaite interdire ce qu'il appelle les " races torturées ".
D'après ce que nous pouvons lire, 2003 a été retenue comme date butoir pour publier des listes de races à interdire.
Cela rappelle de bien mauvais souvenirs. Dans certains länder, de soi disant experts ont dressé des listes de " défauts génétiques " tellement larges que 70% des races d'animaux que nous élevons (aviculture) y rentrent. Cela a fait dire aux scientifiques qui nous soutiennent que le but réel est de s'en prendre à la notion même de " races " chez les animaux domestiques.
Et nous pensons qu'ils ont raison.

coq pouleDe nombreux membres de la branche fondamentaliste des écologistes (extrême gauche) disent que les éleveurs parce qu'ils sélectionnent les animaux pratiquent l'eugénisme et l'inceste et réclament la disparition des animaux de races qu'ils traitent de " nobles dégénérés ". Le prétexte de la " souffrance " est parfait pour cacher ce qu'ils veulent réellement obtenir.

Si le gouvernement va jusqu'au bout, seront bientôt interdits en Allemagne, par exemple, tous les animaux qui ont des pattes courtes (chiens Basset, Teckel, poule Nagasaki...), les canaris et tous les oiseaux frisés, les poules avec des huppes, des barbes ou des plumes sur les pattes, les animaux albinos, les chats de couleur blanche, les animaux à gènes létaux comme les lapins nains, etc.

Le simple esprit critique suffit à faire tomber des " arguments " aussi ridicules : si ces races d'animaux soi disant " torturées " souffraient et étaient toujours malades, comment se fait-il qu'elles n'aient pas déjà disparu ?

Tout cela pourrait prêter à rire, si le gouvernement allemand, soutenu par des associations dites de protection des animaux, n'avait pas demandé à l'Union Européenne de prendre rapidement une directive interdisant également en Europe les races soi disant " torturées ".

La France perdrait alors une grande partie de son patrimoine génétique, historique et culturel.

La France est un des tout premiers pays touristique au monde. Les étrangers le confirment chaque année : ils aiment notre culture, nos monuments, et la diversité des terroirs et des paysage sur de petites surfaces qui font la caractéristique de la France. La diversité des animaux domestiques est un des éléments de la diversité des paysages. D'autant plus que, bien souvent, ils contribuent à leur entretien.

La diversité des races d'animaux et de végétaux de terroirs portent une part de notre identité culturelle.

Une mesure importante pour protéger ces animaux consisterait à inscrire dans la Constitution le principe suivant : " Les races et variétés françaises de terroirs, partie intégrante de notre identité, richesses de notre tradition culinaire, sont inscrites dans notre patrimoine national.
L'Etat, soucieux de préserver la biodiversité génétique, est responsable de leur sauvegarde et de leur valorisation. ".

De prochaines lois de décentralisation viendront bientôt donner de nouvelles possibilités d'actions aux Régions. Il est fortement souhaitable de responsabiliser les Régions en matière de sauvegarde de leur patrimoine. Les C.S.E., en associant Etat, Région, et particuliers seront l'instrument idéal permettant une gestion et une valorisation optimale d'un tel patrimoine, notamment au travers des projets suivants.

3 - Les C.S.E., des contrats et des projets pour promouvoir une politique dynamique de valorisation de la biodiversité.
A- Une dimension régionale : miser sur la qualité des produits de terroirs, développer de nouvelles filières, renforcer l'identité des Régions.

1- Les structures
Les Contrat de Sauvegarde des Espèce Rares par l'Elevage pourraient être passés entre la Région, les Départements et les clubs de race et les éleveurs qui s'engagent à respecter un cahier des charges assurant la qualité de l'alimentation et d'installations des animaux, un suivi et des conseils prophylactiques, et la qualité du produit fini.

A cet égard, le projet élaboré par l'Association pour la sauvegarde de la poule de Barbezieux pourrait servir de modèle quant au contenu structurel de ces contrats. Voici un extrait tiré de la revue avicole de juillet-août 1998 : " trois types d'élevage pourront être constitués : d'abord les élevages conservatoires chargés de garder des géniteurs et de les sélectionner pour les concours : leurs meilleurs sujets participeront au programme de sauvegarde. Ensuite viendront les élevages couvoirs, chargés de recueillir les œufs issus des géniteurs sélectionnés : ils assureront le suivi d'un lot test et la production des poussins. Enfin les élevages de production obtiendront des chapons et des poulardes, selon le cahier des charges défini par l'association [...]. ".

Tout cela est à discuter bien sûr. C'est le début d'une réflexion. D'autres pistes peuvent être suivies .

Ce qui est intéressant à remarquer, c'est que les CSE associent avec une bonne complémentarité, éleveurs professionnels, éleveurs amateurs et scientifiques.
Les éleveurs amateurs, même s'ils n'en vivent pas financièrement, sont classés en tant qu'élevages conservatoires, ce qui est en effet leur rôle. Ils ne sont pas exclus, et cela est important car ces particuliers, souvent passionnés par les animaux de races de leur Région et l'Histoire de leur Région, assurent la promotion de ces animaux auprès de leurs concitoyens qui autrement ne les connaîtraient pas et favorisent ainsi l'identité régionale.
De plus la dispersion de petits groupes d'animaux aux quatre coin des départements, de la Région et même au delà, dans les basse-cour familiales, consiste à appliquer un principe de la sagesse populaire : ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

Même en cas d'épidémies dans un département, les individus d'élevages éloignés survivront et pourront servir plus tard de base à un repeuplement. Alors que si tous les individus étaient regroupés dans une seule grande station de sélection, une épidémie pourrait emporter l'ensemble des animaux, faisant ainsi disparaître la race ou variété.

Pourquoi l'intervention des clubs de races est-elle importante ? Pour faire respecter les critères établis par les standards et les critères de qualité.
Si une race de terroir est saisie par un industriel sans contrôle, il existera toujours une menace qu'il " s'arrange avec le standard ", modifie l'animal comme bon lui semble et finalement sape les années de travail d'autres plus petits qui, eux, se seront appliqués à reproduire la qualité. Nous venons de connaître un précédent fâcheux avec une race qui pond de gros œufs extra roux, qui a été débaptisée, et dont la sélection ne semble désormais porter uniquement que sur la production d'œufs foncés très hétérogènes, sans aucun souci de la forme, des couleurs et des autres caractéristiques de l'animal. L'usurpation de nom est également une menace. Il existe, paraît-il, une poule industrielle commercialisée sous le nom de " charollaise " et qui ne ressemble en rien à la véritable poule de race charollaise, qui, elle, pourrait connaître pourtant le même succès que les bovins de son pays, pourvu que sa Région s'en préoccupe un peu.

Il existe bien d'autres régions riches en races et variétés anciennes, comme le Nord, l'Aquitaine, la Normandie et la Région Ile de France (poule Gâtinaise, poule de Mantes (la jolie), poule de Houdan très réputée pour sa chair...) etc.
Toutes auraient l'occasion, grâce à ces contrats, de montrer à leurs habitants qu'elles sont dynamiques en matière de protection de leur patrimoine vivant et qu'elles agissent afin de développer des filières qualité.
Tout cela renforcerait la confiance des habitants en l'échelon régional.

2- Développer de nouvelles filières et répondre à la demande d'" authentique "
a) Développer des micro filières en direction des restaurants
Lorsque nous nous rendons au restaurant, nous n'achetons pas seulement de quoi satisfaire notre appétit, nous achetons aussi une part de rêve....
Les races et variétés de terroirs qui ont survécu aux années 50-60, n'ont pas le même rendement que les souches industrielles. Là où il faut 35 jours pour produire un poulet industriel élevé en bâtiment fermé, il faut souvent 90 jours et plus pour produire un poulet de terroir. C'est d'ailleurs cette vitesse de croissance plus lente qui fait la qualité de la chair. Cela signifie, par exemple, qu'un poulet de terroir mange plus longtemps et revient donc plus cher à produire.
Ce coût plus élevé de production n'est pas un handicap pour les restaurants où la marge de profit dégagée entre le coût d'achat du produit et le coût du plat final servi est telle qu'elle permet d'absorber aisément ce léger surcoût. D'ailleurs, les restaurants réputés sont demandeurs de produits de terroirs de qualité. Et ils regrettent souvent d'avoir bien du mal à en trouver.
Des grands chefs ont même plusieurs fois organisés avec la Société Centrale d'Aviculture de France, et ses composantes, des concours, où nous avons été heureux de constater que les volailles de races françaises élevées par des sélectionneurs amateurs se classaient parmi les toutes premières.

La France est connue partout dans le Monde pour la qualité de sa cuisine.
Mais cela commence à lui être disputé. Grâce aux CSE, elle pourra garder une longueur d'avance en innovant et même être précurseur en Europe. Renforcer la tradition culinaire de la France et montrer l'exemple en matière de valorisation de la biodiversité est aujourd'hui possible en mettant à la disposition des restaurants une nouvelle diversité de produits de terroirs de qualité.
En individualisant les races et variétés anciennes et en mettant l'accent sur leurs spécificités et qualité, nous créerons de nouvelles richesses et nous leurs assurerons un avenir prospère.

" Terroir " n'est pas synonyme de chauvinisme mal placé. C'est d'abord l'envie de découvrir d'autres régions, d'autres paysages, d'autres saveurs qui fait tout l'intérêt du tourisme.
Quel est l'intérêt pour un parisien de se rendre dans un restaurant alsacien, si c'est pour y manger le même poulet insipide que chez lui ?
Les gens ne se rendraient-ils pas dans un restaurant local avec d'autant plus d'envie et de plaisir s'ils savaient qu'ils vont déguster un foie gras issu d'une véritable oie de la race " oie d'Alsace " ou un délicieux pigeon de la race " pigeon Mulhousien " et qu'ils ont contribué par ce geste simple à sauver une espèce en voie de disparition ?

b) Ne pas négliger les marchés locaux et l'exportation.
Les marchés locaux, souvent hauts en couleurs, sont l'âme de la France.
Avec l'aspiration croissante de nos concitoyens à manger sain, ils connaissent un certain regain d'intérêt. De nombreuses personnes n'hésitent plus à acheter des produits un peu plus onéreux si ceux-ci sont de qualité et ont du goût.
Ainsi dans la Région de Gournay en Bray (76), par exemple, M. Claude Petit propose sur le marché des lapins de race " Normand ", une race à la chair aux saveurs très développées, recherchée des gourmets ainsi que des poulets de la véritable race " Gournay ", toutes deux malheureusement en voie de disparition. Non seulement M. Petit en vit, mais il a réussi à faire connaître, sauvegarder et développer ces deux races qui ont aujourd'hui trouvé une clientèle, notamment parisienne, qui n'hésite pas à faire plusieurs dizaines de kilomètres pour acquérir des produits authentiques et sains .
Cette clientèle n'achète pas un poulet anonyme, elle achète un poulet qui a un nom et la saveur de son terroir. Elle achète un gage de qualité. Elle achète une histoire, une petite partie du meilleur de la France. Et elle redécouvre que tous les lapins, que toutes les pommes, etc, n'ont pas les mêmes saveurs, ......elle redécouvre le goût.

Les Français ont plus que tous autres toujours eu à l'esprit le danger que représentait l'uniformisation des saveurs. Le combat contre la malbouffe n'est pas un vain mot.
Les Français ne sont pas contre la mondialisation, ils sont contre les mauvais aspects de celle-ci, et l'uniformisation des saveurs en est un .
Imposer un seul type de produit partout dans le monde et un seul mode d'alimentation qui conduit à un nombre élevé de jeunes obèses, est un danger non seulement pour la santé, mais finalement aussi pour la liberté et pour la démocratie.

L'esprit de résistance des Français peut trouver à s'incarner dans position honnête et dynamique : à l'hégémonie d'un seul produit au goût uniformisé, opposons une multiplication de la diversité des produits de terroirs français de qualité, aux milles saveurs différentes.
Et concilions là avec une sauvegarde de la biodiversité ! C'est cela de l'écologie humaniste !

De toute façon, cette conception de la bonne bouffe et du bon goût est soutenue par de nombreuses personnes partout dans le monde.
En témoigne les exportations de Roquefort aux USA, etc. Si nous essayons d'être compétitifs en tirant les coûts, donc la qualité vers le bas, nous échouerons car il y aura toujours des pays pour produire à plus bas coût.
Mettons le paquet sur ce qui ne pourra pas être copié : des saveurs issues de terroirs qui ne peuvent pas être reconstitués ailleurs.
Et engouffrons nous dans une nouvelle niche économique : offrons une palette larges représentant la diversité des produits de terroirs de qualité et nous verrons que les exportations s'envoleront, notamment en direction des grands restaurants partout dans le monde.

3- Se doter de nouveaux instruments juridiques pour assurer la traçabilité et le succès des produits de qualité.
a) Un logo doit faire apparaître la race de l'animal
ProNaturA-France, la Société Centrale d'Aviculture de France et leurs partenaires souhaitent mener à son terme en partenariat avec le Ministère de l'Agriculture une réflexion sur la possibilité de créer des " appellations " protégeant juridiquement les races pures telles que définies par nos ancêtres dans nos standards.
Il serait souhaitable que la race de l'animal, synonyme de qualité aux yeux du consommateur, soit valorisée par un logo distinctif sur le produit lui même, faisant apparaître clairement, par exemple " vache de race Aubrac ", " vache de race Limousine ", " mouton de race Boulonnaise ", " dindon rouge des Ardennes ", " poulet de race Faverolles ", etc.
Protéger et valoriser intelligemment par ce biais, les animaux de races en voie de disparition, sont deux actions nécessaires.

b) Créer une nouvelle appellation " Produit de Région, produit de notre identité "
A l'inverse, il s'agit de ne pas tomber dans l'excès contraire et d'éviter de rééditer ce qui s'est passé pour la poule de Bresse. Celle-ci est protégée par une AOC, et ne peut s'appeler Bresse que si elle est produite en Bresse. Pour la produire ailleurs, il faut la débaptiser et l'appeler " Gauloise ". Pour reprendre une réflexion perspicace de Jean-Claude Périquet, issue de son livre culte " Le Grand Livre des Volailles de France " : " C'est une loi tout à fait curieuse. Imaginons un instant que la Marans ne puisse porter ce nom qu'en Charente Maritime, la Bourbourg que dans le Nord, la Meusienne que dans la Meuse... et ainsi de suite pour toutes les races d'animaux domestiques ; ce serait pour le moins ridicule ". J'ajouterai que si on était obligé d'interdire le nom de charollaises à toute les vaches charollaises qui ne sont pas produites en Charolles, il y aurait une petite révolution.

Et pourtant, il existe une solution simple qui pourrait arranger tout le monde :
   1°) Le nom " Véritable Bresse-AOC " pourrait être réservé uniquement aux volailles de race Bresse produites sur le terroir de Bresse avec les contraintes spécifiques de l'AOC.
   2°) Il existe d'excellents éleveurs de volailles Bresse en Région Rhône-Alpes, hors du terroir de la Bresse. Eux pourraient bénéficier, avec d'autres produits, d'une nouvelle appellation : " Produit de la Région [X ou Y] , produit de notre identité "
Cette dernière appellation est une idée à creuser. L'AOC et le Label Rouge sont certes des marques de qualité, mais elles sont parfois inadaptées à un certain nombre de produits. Les Régions peuvent être légitimement fières du savoir-faire de leurs habitants et de produits qui trouvent parfois leur origine dans des temps immémoriaux. Le miel du Gâtinais ne peut peut-être pas prétendre à l'AOC, mais pourquoi ne pourrait il pas s'inscrire, par exemple, sous cette nouvelle appellation " Produit de la Région, produit de notre identité ", en même temps que la poule de race gâtinaise, etc. La décentralisation ne serait qu'une lettre morte si elle n'était accompagnée d'actions concrètes destinées à populariser l'identité régionale dans l'esprit des citoyens.

4-Créer ou soutenir des fermes conservatoires ouvertes au public.
froment du leonFroment du LéonIl en existe déjà quelques unes dans certaines régions, qu'elles soient d'initiative publique ou privée. La Région Poitou Charentes s'est montré particulièrement dynamique, notamment en créant l'Asinerie Nationale pour sauver le Baudet du Poitou. Conduite de mains de maître par un personnel compétent et dynamique, elle attire chaque année des centaines de touristes, mais aussi des enfants des écoles pour une belle leçon de protection de la Nature, de découverte, et de respect des animaux.

Il conviendrait :
   a) De créer des fermes-conservatoires là où il n'en existe pas encore grâce au Conseil Régional de façon à présenter au grand public les animaux et les végétaux typiques de la Région.
D'assurer la validité financière de ces conservatoires en entretenant des noyaux de reproducteurs de races et variétés pures et en proposant à la vente, des jeunes ou des graines, aux particuliers ou aux agriculteurs qui souhaitent en acquérir.
De proposer des plats préparés avec ces produits de terroirs et d'installer un point vente permanent où les agriculteurs et éleveurs, engagés dans la démarche C.S.E., pourront mettre à la disposition du public leurs produits.

   b) D'encourager les écomusées à présenter des animaux et des plantes de la Région, et à créer des vergers-conservatoires.

   c) D'organiser en réseaux l'ensemble des conservatoires existant, pour qu'il puissent partager leur expérience et leur savoir-faire, et de leur apporter une aide financière et une assistance technique pouvant provenir notamment du Bureau des ressources génétiques.

B- Une dimension nationale : mettre en œuvre la Charte Nationale pour la gestion des Ressources Génétiques et montrer l'exemple en Europe.
1- La France est pionnière en matière de conservation de la variabilité génétique
La France, ainsi que plus de 160 autres pays, a ratifié la Convention sur la Diversité Biologique. De plus, elle participe à la mise en œuvre du Programme Mondial pour la gestion des ressources génétiques des animaux d'élevage lancé par la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'Agriculture et l'Alimentation).
C'est dans ce contexte et préoccupée aujourd'hui par le maintien sur le long terme de la diversité génétique au sein des races que la France a mis en place une stratégie nationale de gestion des ressources génétiques animales, végétales et microbiennes confiée au Bureau des Ressources Génétiques (BRG).
Cette stratégie a déjà aboutit à la création d'une Cryobanque nationale ayant pour objet la conservation par cryogénisation d'ovocytes, de spermes et de semences, etc. qui pourront être utilisés plus tard dans des programmes de sauvegarde.
Mais il apparaît désormais nécessaire de mener une politique écologique beaucoup plus ambitieuse et de donner au BRG des objectifs et des moyens nouveaux.

2- Passer de la conservation à la valorisation économique
a) Création d'un observatoire de la biodiversité génétique
Le BRG a, avec peu de moyens, mais beaucoup de compétences, remplit la première phase de sa mission : essayer de sauver ce qui pouvait encore l'être en espérant qu'un jour ces différentes races et variétés pourraient renaître, intéresser à nouveau l'économie et retrouver le chemin de nos fermes.
Parce que la Société est aujourd'hui prête à passer du tout " quantitatif " à plus de " qualitatif ", une nouvelle phase doit être mise en œuvre : celle de la valorisation économique.
Des initiatives dispersées et non coordonnées aboutiraient à un fiasco.
Une nouvelle mission pourrait être confiée au BRG : engager une démarche d'ensemble auprès de toutes les Régions, dans le cadre de l'opération " trois années pour sauver la biodiversité domestique " afin de relancer ou de trouver de nouveaux débouchés commerciaux et de nouvelles filières aux " nouveaux produits de terroirs ".
Mais parce que le BRG ne peut tout faire seul et sera en relations avec de multiples partenaires, il convient de créer une structure plus large afin de rassembler les différents acteurs intéressés par la gestion des ressources génétiques et leur valorisation notamment économique : la création d'un observatoire de la biodiversité génétique répond à ce double besoin .
C'est dans le cadre de cet observatoire que pourront être signés les C.S.E. (Contrats de Sauvegarde des Espèces Rares par l 'Elevage).

Un C.S.E. s'apparente à un programme d'élevage pour une race ou une variété (tels qu'ils existent pour les programmes européens d'élevage d'espèces non domestiques).

Tout CSE comportera un premier palier minimum avec quatre actions :
un recensement annuel des effectifs à une date déterminée (par exemple le 1er janvier)
la désignation d'un délégué par race dans chaque groupe pilote du BRG (il existe un groupe pilote par espèce au sein du BRG).
la publication d'une base de données nationale France sur la situation des ressources génétiques par espèce au minimum tous les deux ans.
La création d'un répertoire national des éleveurs, classés par races et par variétés, qui possèdent au moins deux mâles et 6 femelles reproducteurs de la même race et qui sont d'accord pour céder des jeunes ou des adultes aux particuliers ou aux agriculteurs.
Les grandes fédérations d'éleveurs, qui sont déjà partenaires du BRG se sont prononcées favorablement pour la création de cet observatoire et souhaitent y participer activement. Cependant, et comme il a été dit ci avant, la présence des clubs de races est un plus indispensable pour la mise en œuvre de ces contrats, notamment pour tout projet porté par une Région en partenariat avec un club de race. Dans l'hypothèse de contractualisation avec une Région, la présence d'autre acteurs est envisageable.

A cet égard, nous aimerions citer un projet économique et touristique viable dont nous espérons qu'il verra rapidement le jour et qui pourrait servir d'exemple aux autres départements et régions : le projet de création du Conservatoire de la poule de Marans dite " poule aux œufs d'or ". Porté par le Conseil Général de Charente Maritime, la ville de Marans et le Marans Club de France, il a pour ambition de faire revivre la Marans dans son berceau d'origine, et pour mission, notamment :
de conserver et de développer les différentes variétés de Marans,
de mettre à la disposition des éleveurs des sujets de races pures répondant aux critères des standards de chacune d'elles,
d'animer un centre de formation et d'information,
d'expérimenter une ferme artisanale avicole de poules et/ou de poulets de chair sur laquelle le conservatoire s'appuierait pour aider à implanter des fermes artisanales avicoles autonomes ou en complément d'activités agricoles. Le tout, et cela est très important, répondant à un cahier des charges rédigé conjointement par le Marans Club de France et l'Institut Régional de la qualité Agroalimentaire de Poitiers. La présence d'instituts de qualité agroalimentaire est incontestablement un gage de sérieux. Grâce à cet exemple, nous réalisons que d'autres paliers de CSE peuvent être mis en œuvre : Création de fermes " conservatoires ", centre de formation et informations, aide à l'implantation d'activités venant en complément d'activités agricoles ou encore répartition des élevages en trois groupes ou développement de nouvelles filières pour les restaurants ou marchés locaux, comme vus précédemment.

Pour une meilleure efficacité et un suivi optimal, l'ensemble de ces actions doit être coordonné au sein d'un seul organisme : l'observatoire de la biodiversité génétique.

b) Soutien à la biodiversité pour les agriculteurs ayant signé des CTE.
Un certain nombre d'agriculteurs a signé des Contrats Territoriaux d'Exploitation afin d'être justement rémunérés pour une démarche visant à récompenser le rôle qu'ils jouent dans le développement rural, l'entretien des paysages et l'engagement pour une agriculture raisonnée.
Aujourd'hui, par exemple, l'élevage des chevaux de trait ou des ânes périclitent car ces animaux coûtent plus chers (en nourriture, soins, etc.) à leur propriétaire que ce qu'ils leur rapportent. Et faute aussi souvent de débouchés suffisamment stables dans le temps. Pourtant, il n'est pas insensé de penser que ces élevages pourraient connaître un certain succès s'ils obtenaient une aide technique et au début financière pour développer ces nouveaux créneaux. Les pays du Moyen Orient sont très demandeurs d'ânes et de mules. Les USA sollicitent très fréquemment les éleveurs français pour des exportations d'ânes, mais ne trouvent pas suffisamment d'offres.
L'aide technique et de mise en œuvre de nouvelles filières pourrait être réalisée grâce aux CSE. L'aide financière pourrait également venir, pour les agriculteurs professionnels en ayant déjà signé, des CTE. En effet, il est tout à fait normal que quelqu'un qui a fait l'effort d'adopter une race de terroir, dite moins productive qu'une souche industrielle, et qui voit donc ses revenus baisser, voit son effort récompensé par une aide visant à compenser la baisse de ses revenus.
Plutôt que de distribuer à tort et à travers des subventions ayant pour but d'inciter à ne pas trop produire, pourquoi ne pas instaurer une " prime à la biodiversité " récompensant les agriculteurs qui diversifient leur production et s'engagent à faire revivre les anciennes races et variétés de terroirs ?

c) L'indispensable concours de l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA)
Selon certains observateurs, l'INRA chercherait en ce moment à changer, dans l'esprit du grand public, l'image de chantre du productivisme que certains lui ont fait coller à la peau. C'est pourquoi il se serait lancer dans l'étude des différents aspects de la protection animale et du bien-être animal. Malheureusement, le bien-être animal est une notion subjective . Et il est aujourd'hui récupéré par certains mouvements extrémistes et/ou violents de " libération animale ".
Mais la protection animale, ce n'est pas que le bien-être. Protéger les animaux, c'est aussi les empêcher de disparaître. A quoi sert-il de discuter de ce qui est bien ou pas pour eux, si ces animaux ont disparu ? La protection de la biodiversité génétique est donc un aspect important de la protection animale.

Dans le cadre d'un contrat RESGEN signé avec l'Union européenne, l'INRA a déjà réalisé un excellent travail de caractérisation (des différents gènes) des races de lapins. Ce travail est indispensable pour comprendre l'histoire, la filiation, les caractéristiques, les forces ou les faiblesses des différentes races.
Il serait bon que dans le cadre des C.S.E., ce travail puisse être étendu aux autres espèces.
Mais l'INRA pourrait être également très utile en organisant des plans de prophylaxie et en aidant les éleveurs à sélectionner des animaux résistants aux maladies.
Si elle pouvait aider à comprendre en raison de quelle particularité génétique, une race est bien adaptée aux contraintes de son terroirs (climat, sol, etc.), et ce qu'il faut faire pour maintenir cette particularité ou la renforcer, l'INRA aurait pleinement joué son rôle au service de la biodiversité. Et si cela pouvait éviter l'abus d'antibiotiques, le but de préservation de la santé publique serait pleinement atteint.

La caractérisation génétique pourrait également expliquer le pourquoi des différentes saveurs. Les C.S.E. pourraient associer l'INRA, les éleveurs et les grands cuisiniers pour réaliser des tests " en aveugle " et sélectionner les animaux et les plantes qui ont le goût si savoureux de leurs races ou variétés. Le concours général agricole, entre autres, retrouverait un intérêt certain. La sélection ne doit pas porter uniquement sur des considérations de rapidité de croissance ou de rendement, elle doit également porter sur le goût, car c'est la valorisation de produits de qualité aux goûts différents qui fera renaître l'intérêt pour les produits de terroir.

C- Une dimension européenne : favoriser l'intégration européenne, l'amitié entre les peuples et le rayonnement culturel de la France.
1- La sauvegarde d'espèces rares par des particuliers " éleveurs amateurs " favorise l'intégration européenne.
Il y a un phénomène dont bien peu de dirigeants européens ont conscience : l'élevage amateur aide grandement la construction européenne. Il est déjà source de brassage social puisque dans les associations d'éleveurs, l'ouvrier côtoie l'avocat ; et toutes les catégories socioprofessionnelles sont représentées et se retrouvent pour discuter. Il est aussi source d'intégration européenne.
En effet, les éleveurs amateurs d'animaux domestiques et non domestiques réalisent des expositions communes. Certains n'hésitent pas à faire des centaines de kilomètres à travers l'Europe pour aller visiter un autre amateur qui élève la même espèce que lui, prendre des conseils, ou s'échanger des animaux. Des amitiés authentiques sont nés entre éleveurs amateurs de pays différents. C'est un mouvement de grande ampleur.

Etre européens, c'est être avant tout solidaires. Cette passion commune pour les animaux est un exemple pour l'Europe et l'amitié entre les Peuples.

2- Les C.S.E. pourraient être mise en oeuvre au niveau européen.
C'est peut-être un paradoxe, mais les effectifs de certaines races françaises sont plus élevés dans d'autres pays de l'Union Européenne qu'en France elle même. (C'est le cas de la poule La Flèche ou la poule Faverolles par exemple). Il existe même dans d'autres pays membres de l'UE des citoyens qui sont tellement francophiles qu'ils se rassemblent au sein de clubs spécialisés dans l'élevage des animaux et plantes de races françaises. Ils viennent visiter leurs homologues en France , font des échanges, etc . Cela participe au rayonnement culturel de la France.

Réciproquement, et parce que les éleveurs amateurs, du fait de ces multiples rencontres, sont devenues des personnes à l'esprit ouvert et tolérant, il existe en France des clubs spécialisés dans l'élevage d'animaux d'autres pays de l'UE (par exemple le club des éleveurs de pigeons de races ibériques qui est très actif en France).

Tous ces échanges participent fortement à l'esprit européen et à la construction européenne. C'est la raison pour laquelle les dirigeants des associations d'éleveurs amateurs ne comprennent pas du tout la mauvaise orientation actuelle de l'Europe qui semble donner systématiquement raison à des mouvements qui se sont autoproclamés " défenseurs des animaux " et qui sont en train de lui faire adopter de nouvelles réglementations excessives qui conduiront à la disparition rapide de toutes ces races que nous avions pourtant sauvées. (Et notamment l'interdiction grotesque des races soi disant " torturées ").

C'est dans ce contexte difficile que tous les dirigeants européens des associations d'éleveurs amateurs et autres vont essayer de lancer une opération médiatique intitulée " Trois années pour sauver la biodiversité domestique ".
Le but est de faire prendre conscience aux hommes politiques et à l'opinion publique qu'empêcher de disparaître certaines races d'animaux ou de végétaux domestiques est une chose importante et que la préservation de la variabilité génétique est synonyme de biodiversité.
Nous espérons que des journaux ou des chaînes de télévision pourront réaliser de petits reportages pour présenter tous ces animaux au grand public avant qu'ils ne disparaissent définitivement.
Nous espérons mener à bien plusieurs actions et notamment un recensement des effectifs au niveau européen afin d'élaborer un livre rouge des espèces les plus en danger.

Une solution simple et optimale consisterait à adopter des C.S.E. à l'échelon européen. Toutes les propositions développées ci avant resteraient parfaitement valables et pourraient être menées à bien dans le cadre d'un observatoire européen de la biodiversité génétique où la Fédération Européenne de Zootechnie aurait un rôle prépondérant.

3- Des C.S.E. européens et trois projets pour une écologie européenne humaniste :
a) Jumelage européen entre écoles vétérinaires et lycées agricoles participant aux C.S.E..
Le Ministère de l'Education Nationale est un des partenaires actifs de la Charte Nationale pour la gestion des ressources génétiques. En France et grâce à lui, des enseignants et élèves des lycées agricoles et des écoles vétérinaires, qui ont très bien compris l'intérêt qu'il y avait à sauvegarder les races de terroirs et qui réalisent cette passion au sein de leur école, peuvent partager cette passion et faire part aux autres de leurs résultats grâce à une revue intitulée Inforé'zoo consacrée aux races locales et à la biodiversité animale. D'autres pays ont des initiatives similaires.
Pourquoi les C.S.E. n'encourageraient-ils pas des jumelages entre jeunes européens ayant des projets communs autour de la sauvegarde des races en voie de disparition ?

b) Expositions européennes d'animaux et de végétaux rares.
Des expositions européennes existent déjà, pour certaines espèces, mais elles vont disparaître, si la paralysie des transport n'est pas réglée et si l'Europe impose de nouvelles règles sanitaires exagérées.
Un projet européen avait carrément pour but de les interdire, au nom du principe de précaution. Le comité vétérinaire a de justesse donné un avis négatif à ce texte, car exagéré.
Mais il se pourrait qu'il réapparaisse en sous mains, sous la pression des groupes de " protecteurs " d'extrême gauche qui prônent la disparition des animaux de races.
Or, il faudrait au contraire les favoriser, car elles représentent une rare occasion où des européens de toutes régions et toutes catégories socioprofessionnelles peuvent se rencontrer, discuter de leur passion et s'échanger des animaux.
Le problème des transports pourrait être facilement résolu grâce aux proposition faites plus haut. Quant au problème sanitaire éventuel, il suffirait que la région accueillante, qui bénéficie directement ou indirectement de la manne financière suscitée par un tel événement (hôtels, restaurants, tourisme), s'engage simplement à rémunérer en contrepartie un vétérinaire inspecteur qui contrôlerait le bon état de santé des animaux durant l'exposition.

c) Des fermes conservatoires ouvertes sur l'Europe.
La création de fermes-conservatoires est un des objectifs des C.S.E..
Les Régions pourraient ainsi présenter des animaux de leurs terroirs au grand public.
Mais il serait également souhaitable, pour aller dans le sens de l'esprit européen, que ces conservatoires présentent des animaux d'une autre Région européenne qui a des caractéristiques climatiques et géographiques très similaires à elle. Par exemple, un conservatoire en Haute Savoie pourrait présenter en plus de ses propres moutons Thônes et Marthod et ses vaches Villars de Lans, etc., des animaux de races des Alpes allemandes (coq chanteurs des montagnes, moutons bruns de montagne, etc.) ou italiennes .

Une région côtière comme la Bretagne pourrait présenter également des races d'Irlande...

En plus de l'aspect découverte et comparaison, il y aurait un intérêt sanitaire à souligner : en cas d'épidémie dans son pays d'origine (fièvre aphteuse ou autre), il resterait des noyaux d'animaux dans d'autres pays épargnés, pouvant servir à reconstituer les troupeaux d'origine.
Et l'esprit de solidarité qui est à la base de la construction européenne n'en sortirait que renforcé.

Conclusion . L'écologie extrême, par essence pessimiste et pleurnicharde, s'est enfermée dans une impasse : dénoncer les mauvais comportements de l'Homme jusqu'à le détester, au lieu de croire en lui et de lui donner les moyens de s'améliorer.

Il est aujourd'hui, plus que jamais nécessaire de dessiner une nouvelle écologie, une écologie humaniste, qui donnerait à chacun la possibilité de participer à la sauvegarde de notre patrimoine vivant.

Grâce aux C.S.E., la France disposera d'un programme d'actions pour mettre en œuvre de façon dynamique et efficace la Charte nationale pour la gestion des ressources génétiques. Elle aura réussi à associer des milliers de citoyens provenant de tous horizons à un objectif écologique commun de préservation de la biodiversité . Et elle aura donné un sens concret à son image internationale de " pays du bon goût et de la bonne cuisine ".

Enfin, renforçant sa capacité d'innovations et d'actions, elle aura un nouveau modèle écologique à proposer à l'Europe, un projet associant en douceur le développement durable au meilleur de nos traditions.

N.B. : Le projet C.S.E. est présenté et soutenu par ProNaturA France et l'ensemble des fédérations d'éleveurs amateurs français.

proposition_pub2.jpg