Je suis un parfait écologiste


J'ai toujours voulu appliquer à la lettre les judicieux conseils que nous prodiguent à longueur d'année ces nouveaux écologistes en mal d'enseignement qui bien souvent ne connaissent de la gent ailée que la "plume" qui agrémente le bas du réservoir de leur stylo et c'est ainsi que :

- Je n'ai jamais mangé de viande d'aucune sorte en songeant aux terribles martyres que subissent ces gentils animaux avant d'arriver découpés en menus morceaux dans mon assiette ; en pensant à ces attendrissants agneaux, chevreaux et non moins adorables petits veaux enlevés prématurément à leur mère pour être transformés en rôtis ou escalopes. En voyant chaque jour, des dizaines de milliers de jeunes volailles accrochées par une patte, tête en bas, avant d'être sauvagement égorgées ou plumées encore toutes frémissantes.

- Je n'ai jamais mangé d'omelette ni consommé d'oeufs pas plus que leurs dérivés, ni même de petits gâteaux rien qu'à l'idée de l'horrible avortement que l'on faisait subir à ce petit embryon ; j'ai également une pensée émue envers les tonnes de caviar ; oeufs issus de la césarienne mortelle des mamans esturgeons.

- Que dire de tous ces crustacés et mollusques plongés vivants dans l'eau bouillante avant d'être cuisinés ; à cette idée, j'ose à peine évoquer la fin de leurs proches parents les moules et les huîtres brûlées vives par la projection sur leur pauvre corps meurtri des violents acides corrosifs issus des citrons et du vinaigre, puis précipitées encore agonisantes dans notre bon suc gastrique.

- Depuis mon plus jeune âge, on m'a toujours appris que toutes les espèces vivant sur planète, les végétaux possédaient le système sensitif le plus sensible et le plus développé qui soit ; il n'est qu'à constater les effets désastreux à leur égard des moindres changements de température ou d'hygrométrie ; aussi fort de cet enseignement primordial et afin de les préserver de toute souffrance inutile, je n'ai jamais consommé aucun végétal. Loin de moi l'idée d'écarteler une salade vivante avant de la faire mariner dans de la moutarde ou d'écorcher vif un radis avant de le plonger dans du sel et de le croquer ensuite avidement. Il me serait insupportable de faire bouillir des légumes pour la soupe ; encore moins admissible le fait de ravir aux arbres, ces adorables bébés afin de les déguster ; rendez-vous compte Messieurs... prendre une cerise, lui arracher la queue à vif... avant de mordre ses petites fesses bien rosées... pauvres de nous !

- Et puis... toutes ces jolies fleurs que l'on étête allégrement en pleine croissance pour le seul plaisir de les laisser agoniser à petit feu dans un beau vase de cristal.

- Et puis... il y a Mesdames, vos bas et vos affriolants dessous en soie qui proviennent de l'ébullition de ces jolis petits cocons.

- Et puis... il y a tous nos animaux de compagnies que l'on doit nourrir en privant de vie d'autres animaux.

- Et puis... que dire des véhicules automobiles, ai-je le droit moral d'en utiliser un quand on sait que c'est certainement la première cause de pollution au monde ? et pourtant !!!

- Et puis... et puis... et puis il y a toute l'incohérence de notre système.

- Je voulais être un parfait écologiste, allant même jusqu'à ne plus respirer pour ne pas polluer l'air qui nous entoure, ne plus poser les pieds à terre afin de ne pas écraser sous chacun de mes pas une multitude de ces animalcules et insectes rampants qui peuplent notre sol ; mais hélas, j'ai un grave défaut car a n avoir voulu me soumettre aux lois implacables de la nature qui font obligation au plus fort de terrasser le plus faible pour pouvoir survivre... Je suis mort avant d'être né !

 

proposition_pub3.jpg