belier anglaisL'élevage de Daniel Carcenac


Avec un nom comme celui-là, je croyais que Daniel Carcenac était originaire du Sud Ouest. Pas du tout. Je le connaissais en tant qu'organisateur du marché aux animaux d'Armentieux, à côté de Marciac. Mais, je ne savais pas qu'il avait passé l'essentiel de sa vie à Paris, avant de venir s'installer dans le Gers.

Daniel carcenacSa passion des animaux a commencé tout petit. Il se souvient surtout d'une anecdote qui prouve combien les animaux peuvent être utiles à la motivation et à la réussite des enfants.
Il dit de lui qu'à l'école il était un cancre. Cependant, ses parents lui avaient promis un chien s'il réussissait son certificat d'études. La motivation étant là, Daniel réussit l'examen et pu adopter un chien au refuge de Gennevilliers.
Il n'en eut par la suite jamais moins de trois.
D'ailleurs, nombreuses sont les personnes qui conseillent de ne pas avoir un chien seul.
Les chiens sont des animaux de meute. Seuls trop longtemps, ils risquent de s'ennuyer.

A l'étroit à Paris, il est arrivé dans le Gers en 1994 pour reprendre un commerce rural. Il retape une vieille batisse au lieu dit à Lastrèche,

Oies de Toulouse agricole
Oies de Toulouse agricole
qui devient un lieu accueillant. Deux ans plus tard, il découvre le chien chinois à crête chez un ami. Il en tombe amoureux.
En 2004, il adhère au club du Chihuahua, du Coton de Tuléar et des Exotiques ( www.ccce.org ) qui gère la race.
Cette année là, entre dans la famille Vhei-Nhus du Val d'Eon, première chienne avec pedigree qui le décide à continuer cet élevage passion. Alors commencent les concours qui le mènent partout en France et même à l'étranger, en Italie, Espagne ou dans l'ancienne Yougoslavie.
Les succès étant là, cela le motive encore plus et il devient délégué régional Midi-Pyrénées du club.


Chien chinois à crête
Chien chinois à crête
Le chien chinois à crête est une race qui a certainement plus de 10 000 ans. Il descendrait du Taï-Taï Mandchou.
Je dois dire que le contact avec sa peau nue est très doux et très agréable. Il a 41° C de température. Il ne craint pas le froid. Les Chinois s'en servaient de bouillotte pour réchauffer les lits.
C'est un chien calme, gentil et réservé. Il n'est pas très aboyeur. Quelle joie de le voir jouer en groupe avec une balle ou un autre objet.

En matière de rareté, je n'étais pas au bout de mes surprises. En effet, derrière la maison, se trouve la basse-cour avec les clapiers. Et dans ces clapiers vit une race de lapins en voie de disparition : le bélier anglais....qui n'est pas un mouton, mais un lapin avec de grandes oreilles retombantes façon Dumbo qui lui donnent un air très attachant. Daniel a eu les premiers à Maisons-Laffitte et il les travaille en noir, en bleu et en chamois. Eux aussi sont d'une gentillesse assez extraordinaire et on les caresse sans problème. Heureusement, dans le Gers, il y a du terrain et cela permet d'avoir du foin pour les lapins.

Les premières volailles installées furent les poules Brahma perdrix bleues, une race asiatique. Daniel aime le paradoxe entre la taille de géant et l'oeil d'aigle, qui donne une impression d'agressivité et le comportement placide de ces animaux.
Avec les adhérents de la Société d'Aviculture de la Bigorre, une réflexion a été menée pour élever plus de races françaises, car elles deviennent de plus en plus rares et il est nécessaire pour des éleveurs qui disent sauvegarder les races du patrimoine national de le prouver.
Daniel Carcenac a donc adopté des canards de Rouen clairs. C'est un gros canard très bon à manger avec de superbes couleurs. On peut créer des mulards si on le croise avec des canards de Barbarie, que Daniel possède aussi.
Il élève également des oies de Toulouse, la race locale.

En outre, il a ajouté à sa basse-cour de la poule Meusienne achetée à Saint Avold il y a 4 ans. Il apprécie tout particulièrement ses couleurs qu'il trouve superbes, et elle a une chair réputée.
Quant à la poule Coucou de Rennes, il l'a rapportée de l'écomusée de Rennes. Il trouve qu'elle est vraiment rustique, tout terrain et robuste par excellence.

Enfin, on ne saurait être complet sans citer les pigeons queue de paon indiens.

Brhma perdrix et perdrix bleues
Brhma perdrix et perdrix bleues

Daniel est également passionné par les canaris frisés parisiens. Malheureusement, en une nuit, une belette a massacré ses 49 couples de canaris. Un triste souvenir.

Belier angais
Belier angais
Daniel Carcenac prouve une fois de plus que lorsqu'on est éleveur, on l'est pour tout.
On peut être passionné en même temps aussi bien par les chiens, les chats, les animaux de basse-cour, les poissons et tous les autres animaux.

Danel Carcenac a bien des qualités.
Il faut beaucoup de courage et de tenacité pour organiser en plein Gers un marché aux animaux qui attire du monde de toute la région et permet de faire découvrir aux agriculteurs des races qu'ils ne connaissaient plus.
J'ai particulièrement apprécié que Daniel soit très sensibilisé à l'élevage des races rares.
J'ai également aimé le petit fascicule en couleur de conseils d'élevage qu'il remet à tous les nouveaux acquéreurs de chiot. Il contient toutes les connaissances nécessaires pour bien accueillir et bien élever le chiot. Je l'ai trouvé très bien réalisé. C'est vraiment une bonne idée.
Pour en savoir plus découvrez http://soleillevantdelastreche.chiens-de-france.com

Meusiennes
Meusiennes
Si vous passez par le Gers, n'hésitez pas à venir visiter ces surprenant chiens chinois à crête et contactez leur éleveur par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Et si vous souhaitez vous aussi lancer un marché aux animaux dans votre canton, votre département, contacter le pour des conseils d'organisation.
Bien sûr, il y a eu des lettres anonymes, sans doute de protecteurs des animaux à buts véganiens, pour essayer de faire fermer le marché aux animaux, mais avec de la rigueur, et des certificats de vaccination en bonne et due forme, il n'y a aucune raison pour que le marché soit interdit.

La fédération ProNaturA France souhaite que ces marchés locaux multi-espèces se développent de plus en plus afin que toutes les races et espèces rares ou à faibles effectifs trouvent toujours plus de familles d'accueil pour les sauvegarder.

Le marché aux animaux d'Armentieux a lieu les premiers dimanche de chaque mois de mai à novembre.


M. Eglin
Extrait du n° 2/2013 de La Lettre de ProNaturA


 

proposition_pub2.jpg