SenatLa violence des végans inquiète un sénateur
Par une question orale, Monsieur Guillaume Chevrollier, sénateur de Mayenne, interpelle la garde des sceaux, ministre de la justice, sur les actions violentes des militants végans.

Question orale n° 0573S de M. Guillaume Chevrollier (Mayenne - Les Républicains) publiée dans le JO Sénat du 27/12/2018 - page 6678

M. Guillaume Chevrollier attire l'attention de Mme la garde des sceaux, ministre de la justice, sur la multiplication d'actions de violences menées par des militants « végans » anti-viande et anti-élevage à l'encontre de boucheries-charcuteries, fromageries, abattoirs ou exploitations agricoles, source de réelles inquiétudes pour les professionnels de la filière agro-alimentaire. Les militants restent encore ultra-minoritaires, certes. Mais le phénomène ne cesse de prendre de l'ampleur.

Entre 2017 et 2018, plus d'une centaine d'actions illégales ont eu lieu partout en France, et notamment dans le département de la Mayenne, terre d'élevage par excellence. En juin 2018, une boucherie de Laval a été victime d'intimidation. À la mi-novembre de la même année, des activistes « végans » ont tourné des vidéos contre l'élevage intensif dans des exploitations.

Les artisans, exploitants et éleveurs mayennais ne remettent aucunement en cause la nécessité de prendre en compte le bien-être animal.

Mais ils souffrent de cette méfiance qui s'installe, alors même que leurs activités, sont, elles, légales.
Ils sont sous-pression et craignent de nouvelles intrusions de militants. Certains barricadent leurs exploitations, installent des caméras pour se protéger.

Il souhaite savoir si elle condamne avec la plus grande fermeté ces actions radicales et il s'interroge sur l'évolution du cadre législatif possible pour protéger concrètement les éleveurs.

 En attente de réponse du Ministère de la justice


 

proposition_pub2.jpg