PDL3661Proposition de loi 3661 - A propos des réponses


Depuis le début de notre contestation de la proposition de loi 3661, de nombreux courriers ont été envoyés par le collectif agissant sous l’égide de ProNaturA France : ministères, syndicats, parlementaires … Ces courriers ont entrainé de nombreuses réponses.

Malheureusement nous ne pouvons diffuser toutes les diffuser. Ce serait trop long et rébarbatif.

Certaines sont de simples réponses polies.
D’autres émanent de personnes qui, visiblement, ne partagent pas nos idées.
Aucune grande centrale syndicale n’a donné signe de vie.
La Ministre de l’écologie a botté en touche : c’est pas nous, c’est l’agriculture ! … Dégagez, il n’y a rien à voir !
Que dire de Mme Colboc, Députée d'Indre-et-Loire, qui visiblement n’a pas compris ce pourquoi elle a voté en nous assurant que seuls les chiens et chats étaient concernés (voir ici) ?

Alors c’est dire que nous apprécions les réponses encourageantes. À titre d’exemple, voilà celle de Mme Vivette Lopez, Sénatrice du Gard :

********
Monsieur,
 
Vous avez souhaité attirer mon attention sur la toute récente loi relative au bien-être animal votée à l’assemblée nationale et je vous remercie de votre confiance. Je partage votre analyse et vos inquiétudes sur les deux dispositions ayant trait, l’une à la vente en animalerie, l’autre à la création d’une liste positive. Si la protection des animaux doit solliciter toute notre attention nous devons nous garder qu’elle ne soit récupérée par des mouvements aux logiques antispécistes et souvent liberticides.   
Aussi, je ne soutiendrai pas ces deux propositions qui, vous l’avez noté ont été voté en outre contre l’avis du gouvernement. Chacun voit bien qu’elles nous mèneraient vers un monde sans animaux auprès des hommes, ce qui est exactement le contraire de ce que l’immense majorité des français souhaite.
Quant à de cette fameuse liste positive, elle méritera notre plus grande vigilance lorsqu’elle sera soumise à notre appréciation. Quels seront les critères ? Par qui, comment ? La rédaction actuelle de cet article est particulièrement imprécise. Par ailleurs, sous couvert de vouloir corriger la complexité de la réglementation actuelle dont l'application n’est pas uniforme selon les préfectures, la loi semble mettre à l’index tous ceux qui ont la joie de vivre avec un animal de compagnie.  
Pour le moment la loi a été déposée au sénat mais n’est toujours pas inscrite à notre calendrier parlementaire. Dès qu'elle le sera , j'aurai à cœur de relayer  lors des discussions législatives  les propositions et observations que vous me transmettrez.
 
Vous assurant de toute ma détermination à promouvoir une société qui n’exclut pas les animaux mais leur réserve une vraie place, je vous prie de recevoir, Monsieur, mes sincères salutations.

Vivette LOPEZ
Sénateur du GARD
proposition_pub3.jpg