TV dangerLes animalistes sur TV Twitch


Le député Dombreval, instigateur de la proposition de loi 3661, était invité, il y a quelques jours, à participer à une émission de Twitch, service de streaming vidéo en direct. L’interview (plus de 4 heures) était dirigé par le journaliste Sébastien Folin. La proposition de loi (PDL) 3661 a évidemment été évoquée après 2h45 d’une discussion partisane, menée à charge contre tout ce qui n’est pas animaliste, antispéciste ….


M. Dombreval déplore que la PDL dont il est à l’origine ne soit toujours pas inscrite à l’ordre du jour du Sénat en précisant que, si après débat à la chambre haute, les Sénateurs votent le même texte que les Députés, la loi sera adoptée immédiatement.
Par contre, en cas de désaccord ce qui, pour M. Dombreval, est une certitude, elle ne pourra, selon lui, être adoptée qu’après une seconde lecture par les Députés. Fort heureusement, précise-t-il, les Députés auront le dernier mot lors de cette deuxième lecture ! FAUX !!!

Cette PDL a été transmise au Sénat sous le régime de la « procédure accélérée »(1) ce qui, selon l’article 45 alinéa 2 de la Constitution, permet l’adoption d’une proposition de loi après une seule lecture par chambre. En cas de désaccord entre Députés et Sénateurs, les Présidents des deux chambres peuvent provoquer la réunion d'une commission mixte paritaire chargée de proposer un texte sur les dispositions restant en discussion.
Cette commission est constituée de sept députés et de sept sénateurs (plus leurs suppléants).

Il n’y aura donc pas de seconde lecture à l’Assemblée nationale, ce que Monsieur Dombreval, Député de la République semble ignorer !

M. Dombreval est donc certain que les Sénateurs ne voteront pas cette PDL en l’état, convaincu qu’ils n’accepteront pas de mettre fin à la vente d’animaux en animalerie en 2025.
Nous rappellerons simplement à M. le Député que sa PDL prévoit l’arrêt de la vente d’animaux de compagnie en animalerie le … 1er janvier 2024 soit un an avant !
Connait-il ses dossiers ? Comprend-t-il la portée que les termes de sa proposition de loi auront dans le contexte du Code rural ?
Il nous précisait en effet, dans un courriel daté du 16 février, que « … la volonté du texte est d'interdire strictement uniquement la vente des chiens et des chats en animalerie. Il n'est pas question d'interdire la vente des rongeurs, des lagomorphes ou encore de certains poissons. En effet, cette décision est basée sur le principe que les chiots et les chatons n'ont pas les mêmes impératifs biologiques que les autres animaux vendus en animalerie. »
Propos en totale contradiction avec les termes de sa proposition de loi qui mentionne bien « les animaux de compagnie ».

Il faut en effet, de nouveau, noter que la majorité des arguments évoqués pour demander la fermeture des animaleries s’articule autour des chiens et des chats tout en utilisant le terme générique, devenu classique, « animal de compagnie » qui, comme le savent tous les éleveurs, englobe pourtant tous les animaux détenus ou destinés à être détenus par l’homme pour son agrément : chiens, chats, oiseaux, poissons, reptiles, amphibiens …
M. Dombreval motive, entre autres, sa proposition d’interdire la vente d’animaux en animalerie par le fait qu'ils sont observés par les clients à travers une vitrine et deviennent ainsi des « objets » !
Nous pouvons donc en déduire que la prochaine étape sera la fermeture des aquariums et parcs zoologiques.

Tout au long de cette émission, on ressent un certain malaise probablement dû au fait que l’on tente de culpabiliser tous ceux qui ne sont pas animalistes, antispécistes … ou qui sont contre la PDL 3661 et qui, par conséquent, sont censés ne pas aimer les animaux.
Mais qui peut être insensible à la souffrance animale ? Surement pas les éleveurs qui aiment, respectent et soignent leurs animaux dans le plus grand respect de leur bien-être.

Triste épisode mettant en scène des idéologues, minoritaires, fantasmant dans le seul but, extrême, d‘instaurer leur dictature, la dictature des minorités.


 (1) – Proposition de loi adoptée par l’Assemblée nationale après engagement de la procédure accélérée, enregistrée par le Sénat le 29 janvier 2021, sous le numéro 326


Voir l'émission sur Twitch

proposition_pub1.jpg