DangerNe nous laissons pas abuser par les animalistes


Les animalistes, antispécistes, véganes et autres auto-proclamés « protecteurs des animaux » ne représentent qu’une ultra-minorité. Et pourtant …

… En raison de leur activisme, qui confine au fanatisme, ils arrivent à faire croire au grand public, mais aussi, malheureusement, aux politiques, qu'ils sont très nombreux et portent l'opinion de la majorité des Français, mettant en avant des sondages totalement biaisés : qui irait dire ne pas être contre la souffrance animale ? Surement pas les éleveurs que nous sommes.

Si l’on regarde attentivement leurs sites on s’aperçoit de suite qu’ils ont parfaitement compris le rôle de la communication moderne. Ces activistes idéologues interviennent sur de nombreux forums internet pour présenter leurs « arguments » et influencer les plus jeunes ou les personnes qui ne connaissent pas le sujet.

On trouve, sur les réseaux sociaux, leurs publications accrocheuses mettant en avant des comportements certes inadmissibles mais ultra minoritaires qu’ils essaient pourtant de faire passer pour des généralités ainsi que des courriers, pétitions ... destinés aux parlementaires voire au Chef de l’État.
Ils inondent les journalistes et les personnalités politiques de courriels, de courriers, de demandes d'entrevues, de témoignages à charge, de sondages …, s’infiltrent dans certaines structures administratives, etc.

Et pourtant on connaît leur nombre : il recouvre celui des voix recueillies par deux micro partis politiques dirigés par des animalistes soit moins de 150 000 personnes.
En face, la majorité des Français qui possèdent des animaux, qu'ils soient simples particuliers, éleveurs familiaux de loisirs ou éleveurs professionnels, ne pensent pas du tout à se défendre voire adhérent à leur doctrine, persuadé qu’ainsi ils participent à la protection animale.

Certains ne savent même pas que ces organisations les attaquent en utilisant les relais d'associations ayant une « façade honorable » et font ainsi adopter de nouvelles réglementations ayant pour but d'interdire ou de contraindre leurs activités ou leurs loisirs.

Savent-ils que ces ayatollahs de la protection animale sont financés par des multinationales orientées vers l’alimentation dite « du futur » : viande « cultivée » en laboratoire, nourriture à base d’insectes etc. On comprend mieux ainsi leur acharnement à vouloir supprimer toutes les formes d'élevage.

Il n'est pas difficile de comprendre que si la majorité des éleveurs que nous sommes persiste à rester silencieuse, les revendications des animalistes s'imposeront peu à peu, d'autant qu'elles sont portées par quelques actuelles ou anciennes vedettes du showbiz ou du microcosme bobo-parisien.

Pour défendre une conception humaniste et concrète de la protection des animaux, la fédération ProNaturA France doit utiliser les mêmes méthodes de communications que les véganiens … malgré un budget ridicule par rapport au leur.
Envoyer un courriel ne coûte rien. Demander un rendez-vous à un député prend peu de temps.
Il est nécessaire et indispensable que ceux qui possèdent des animaux et/ou qui croient en une protection animale humaniste deviennent beaucoup plus actifs et participent à la défense de leurs activités, de leurs passions.

Il est indispensable que TOUS les éleveurs, quels qu’il soient, quel que soit leur élevage, se regroupent faute de quoi l’idéologie animaliste s’imposera à tous.

Avec leur désir de convaincre coûte que coûte, ces groupuscules ne peuvent comprendre et n’acceptent pas que l’on soit en désaccord avec eux.
Il apparaît clairement que pour eux « protection des animaux » égal animalisme, antispécisme, végétarisme ou véganisme.

Les éleveurs ne peuvent accepter que l’on veuille leur imposer une idéologie par des contraintes réglementaires, contraintes si exagérées qu’ils ne peuvent pas les respecter et disparaissent petit à petit.

Les animalistes sont sectaires ! Le sectarisme est dangereux pour la démocratie et doit être combattu. C’est ce que fait ProNaturA France avec l’aide des associations et éleveurs particuliers affiliés ;
L’attitude des animalistes est la marque d'un extrémisme dangereux pour la démocratie que les personnalités politiques devraient combattre plutôt que de céder de plus en plus souvent à leurs fantasmes revendicatifs.

Plus les politiques céderont, plus ils seront harcelés. C'est un cercle vicieux.

Politiques, journalistes, professionnels de l’animalerie, éleveurs professionnels ou amateur, n'entrez pas dans leur jeu. Vous avez tout à y perdre.

proposition_pub1.jpg