ColèreColère et tristesse


2% de la population aidée par 118 Députés (sur 577 !) viennent d’imposer leurs lubies idéologiques à 98% de la population française. Triste vision de la démocratie ! La loi n° 2021-1539 visant à lutter contre la maltraitance animale et conforter le lien entre les animaux et les hommes a été promulguée le 30 novembre. Elle est parue au Journal officiel le 1er décembre.

Quelques articles de cette loi devront faire l'objet de décrets, notamment :
   * Le certificat d'engagement et de connaissance : pour qui et pour quels animaux ?
   * La liste positive.
Nous avons d'ores et déjà demandé, au ministère de l'écologie, à entrer dans les commissions qui prépareront ces deux décrets.


L'article 46 a retenu toute notre attention.
Il est inclus dans le chapitre III concernant la "fin de la captivité d'espèces sauvages utilisées à des fins commerciales" et a pour titre "Dispositions relatives aux animaux d’espèces non domestiques détenus  en captivité à des fins de divertissement"

Cet article crée une commission nationale consultative pour la faune sauvage captive comprenant, entre autres, des associations de protection des animaux. Il n'est pas fait mention d'associations d'éleveurs

Deux questions :
   * De par leurs activités, les éleveurs d'animaux de compagnie sont des "protecteurs des animaux" et doivent être membres de cette commission, ceci afin de ne pas donner blanc-seing aux animalistes et consorts ;
   * Cette commission restera-t-elle bien dans le cadre des "divertissements" proposés par des établissements itinérants sans risque de la voir "déborder" vers toutes les activités d'élevage pour lesquelles il existe déjà une "Commission consultative" au sein de laquelle des associations membres de ProNaturA sont représentées ? Nous y veillerons.

 Nous allons bien entendu poser ces questions au ministère de l'écologie.

proposition_pub1.jpg