Caussenarde Rouge Raïole Ph Martine FioletSauvegarde de 3 races ovines rustiques en Languedoc Roussillon


Au début des années 1990 quelques les éleveurs du sud du Massif central s’alarment de la disparition de 3 races ovines traditionnelles adaptées à leur terroir : la Caussenarde des garrigues, la Raïole et la Rouge du Roussillon.

Caussenarde avec agneau Ph Martine FioletIls décident alors de monter un programme de sauvegarde avec comme 1er objectif de remonter les effectifs à 2000 brebis par race.
Une association fédérant les 3 races est créée en 1994, sous l’égide du futur parc naturel régional Grands-Causses et des éleveurs régionaux.
Son rôle a tout d’abord été de faire reconnaître les 3 races par la Commission nationale d’amélioration génétique et d’opérer un recensement.
L’association bénéficia alors du démarrage des mesures agri environnementales « races menacées » et d’un appui du parc national des Cévennes.
La première mesure d’urgence concernait la conservation de la semence d’une quarantaine de béliers aux origines identifiées. Quelques inséminations ont alors permis de débuter une diffusion.
L’association, lancée avec 25 éleveurs et 1500 brebis, fédérait en 2010 une cinquantaine de troupeaux pour environ 8000 brebis.

La Caussenarde des garrigues
La Caussenarde des garrigues transhumait traditionnellement de la région Nîmes/Montpellier vers les monts de l’Ardèche, la Margeride et l’Aubrac
La race comptait 240 000 têtes dans les années 1930.
Le déclin de la transhumance, la brucellose, l’apport de sang d’autres races (notamment Lacaune et Tarasconnaise) Ainsi que les agneaux réputés impossibles à engraisser sont les causes principales qui ont amené le quasi anéantissement de cette race.
Une première relance en 1981 a échoué, notamment au profit de la brebis tarasconnaise.
Caussenarde Ph Martine FioletFin 2018, les effectifs s’élevaient à 1870 têtes (Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes).

Caractéristiques
Race de taille moyenne (60-70 kg pour les brebis, 90-100 kg pour les béliers). Sa silhouette est élancée avec une toison courte d´un blanc pur. La tête légèrement busquée possède des oreilles très courtes.
Les sujets sans cornes sont actuellement préférés des éleveurs.
C’est une grande marcheuse, toujours en mouvement.
La Caussenarde des garrigues est essentiellement élevée en plein air, en itinérance et transhumance. Les agnelages surviennent généralement vers la fin de l’été/début de l’automne et les agneaux sont commercialisés en décembre à 15-20 kilos vif.

 RaïoleLa Raïole
Élevée autrefois notamment dans les Cévennes, sous forme de petits troupeaux, la Raïole est menacée d’extinction dès le début des années 1960.
Quelques éleveurs tentent pourtant de préserver la race.
Une petite population et identifiée vers 1980 et un élevage « fondateur » est reconnu. Malheureusement le troupeau possède un fort taux de consanguinité et une épidémie de brucellose va le décimer. De plus, les agneaux sont fortement brocardés, certains n’hésitant pas à dire qu’ils ne ressemblent à rien !
Un plan de sauvegarde est alors mis en place grâce au Parc National des Cévennes et au Parc Naturel Régional des Grands Causses. Un syndicat de race est créé en 1981.
Fin 2018, les effectifs s’élevaient à 3723 têtes (Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes).

Caractéristiques
Originaire du Gard et notamment du triangle Alès/Le-Vigan/Florac, la Raïole atteint 60-70 kg pour les brebis et 90-100 kg pour les béliers. Elle possède une silhouette Raïole5 Ph Martine Fioletlongiligne avec une tête longue, au chanfrein légèrement busqué.
Sa toison est fermée avec des mèches tassées, généralement blanches mais les toisons plus brunes sont présentes voire rousses ou noires sur les parties non lainées.
C’est la seule race restée cornue dans le Massif-Central avec des cornes ouvertes enroulées autour des oreilles.
Bonne débroussailleuse, la Raïole est une espèce totalement adaptée aux terrains schisteux et granitiques méditerranéens.
L’hiver elle pâture dans un environnement où elle trouve châtaignes, glands, genêts … De mi-juin à mi-septembre, elle transhume vers le Mont-Aigoual ou le Mont-Lozère.
L’agnelage se situe de mi-septembre à mi-décembre.

 La Rouge du Roussillon
La Rouge du Roussillon est issue de deux races originaires l’une du Proche-Orient et la seconde d’Algérie. La « Barbarine », première citée, est une race à robe rouge et queue grasse arrivée en France au 18ème siècle. La seconde, arrivée en France à la fin du 19ème siècle depuis l’Algérie, est de couleur rouge plus marquée que la Barbarine et possède une queue fine.
Il faut attendre 1981 pour que des éleveurs lancent des actions de sauvegarde regroupant les deux populations. Un premier inventaire est financé en 1993 par le Parc naturel régional des Grands Causses. De 1994 à 2001, un véritable travail de conservation est mis en place.
Rouge avec agneau2 Ph. Martine FioletLes troupeaux de Rouge du Roussillon se rencontrent aujourd’hui principalement sur le Causse du Larzac, les Cévennes et le piémont catalan mais également dans l’Aude ou une forte progression est à noter.
Fin 2018, les effectifs s’élevaient à 6505 têtes (Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes).

Caractéristiques
Les brebis Rouge du Roussillon pèsent de 55 à 65 kg, les béliers 90 kg environ.
Les parties non lainées sont de couleur rouge avec, quelquefois, des taches blanches. Les cornes sont absentes des deux sexes.
A la naissance, l’agneau est d’un roux intense. La toison trouvera sa couleur définitive lors de la première mue vers 12 semaines
Les béliers vivent au sein des troupeaux toute l’année ce qui donne des agnelages étalés dans le temps.
Les troupeaux sont sédentaires et ne pratiquent pas de transhumance.

Dernier recensement
Pour les 3 races confondues, le recensement de fin 2018 a permis de dénombrer 12098 têtes (en progression depuis 2017 : 10808 têtes) pour 107 éleveurs dont 10 non inventoriés en Languedoc-Roussillon (4), Midi-Pyrénées (2) , Rhône-Alpes (2), Auvergne (1) et Bourgogne (1).
La Rouge du Roussillon prédomine avec 6505 têtes, suivie de la Raïole avec 3723 spécimens et la Caussenargue des Garrigues pour 1870 têtes.
Avec 8654 animaux, le Languedoc-Roussilon arrive en tête, suivie de Midi-Pyrénées avec 2336 têtes et Rhône-Alpes avec 1108 têtes.


Logo UPRA LacauneTexte : J.Jacques Lorrin - Photos : Martine Fiolet

Association des Eleveurs de Brebis de races Raïole, Rouge du Roussillon, Caussenarde des Garrigues
Le Barry
12540 SAINT BEAULIZE
tél : 05 65 99 32 15

UPRA LACAUNE : carrefour de l'agriculture 12000 Rodez - Races Lacaune, Raïole, Rouge du Roussillon, Caussenarde des garrigues.
Tel : 05 65 73 78 14 - Fax : 05 65 73 78 15 - https://facebook.com/upralacaune
https://race-montagne.com
https://patre.reussir.fr

 

proposition_pub2.jpg