BergerAustralien1Patrick Gonzales ou la passion du Berger australien


Passionné par les animaux, Patrick a, entre autres, élevé des pigeons jusqu'à devenir juge international ;  l'aquariophilie l'a conduit à détenir un commerce spécialisé. Aujourd'hui, il est à la tête d'un élevage de Bergers autraliens, en Périgord. ProNaturA France l'a rencontré.

BergerAustralien2Passionné par les animaux dès son plus jeune âge, Patrick a commencé par l’aquariophilie vers 11 ans, en aménageant une pièce de l’appartement familial. Vers 13 ans, il découvre les pigeons de race et, après 4 ou 5 ans d’élevage, décroche ses premières récompenses en concours et devient juge international. Il est à l’origine de la création du Club Français du Pigeon Cravaté Italien et du Club Français des Pigeons d’Origine Italienne dont il occupe actuellement la présidence. Patrick élève toujours des pigeons mais, aujourd’hui, il est surtout à la tête d’un élevage de Bergers australiens (encore appelés Aussies) sur une propriété de 2 hectares, en Dordogne. Les chiens vivent, par groupe de quatre ou cinq, dans des parcs de 200 m2 arborés et sont « sortis » plus d’une heure, le matin et le soir, pour des jeux et des courses effrénées. ProNaturA a voulu en savoir un peu plus.

Peux-tu nous raconter comment est né ton amour pour cette race ?
J’avais des Huskys, sans élevage mais pour la compagnie et le sport. A leur décès, de vieillesse, je voulais une autre race, sportive, dynamique mais à l’écoute, non fugueuse ni destructrice. J’étais dans mes recherches, lorsque j’ai croisé, par hasard, un « australien » ; la race venait d’arriver en France. Je me suis renseigné puis je suis allé en voir de plus près en expo, en épreuves de sports canins… Et là, coup de foudre pour leur personnalité, leur caractère, leurs aptitudes etc.

Quel est l’historique de la race ?
Pour faire simple, au 19e siècle, des bergers écossais sont allés travailler en Australie, emmenant des Colleys. Des bergers basques ont fait de même avec une race de leur région, un peu genre labrit/berger des Pyrénées.
Le croisement des deux races s’est effectué, dans ce pays, début 1900.
Puis, des bergers australiens (humains ceux-ci !) sont partis aux USA pour y travailler, accompagnés de ces chiens. Dès leur arrivée ce « prototype » a plu aux américains qui, eux, ont fixé la race pour en arriver là où elle en est aujourd’hui.
La race tient donc son nom du pays ou se sont effectués les premiers croisements, mais c’est en réalité une race américaine, ce que ne précise pas son nom.

Quels ont été les premiers chiens qui ont constitué les bases de ton élevage ?
J’ai eu mon premier chiot en faisant des recherches parmi différents élevages. Marie Anne Bernard (Orée des Charmois), que je remercie encore, me confiait finalement Night (Ch Past Midnight des chemins BergerAustralien3Cathares), chienne championne de 5 ans, qui me permettait de débuter la sélection avec de bonnes bases. Quelques mois plus tard j’importais, après 2 ans de recherches, mon premier chien américain, Ch Mysharas Dream Catcher (Connor), arrivé chez moi à 2 ans et demi. Le caractère en or de ces deux chiens, a renforcé ma passion naissante pour la race. Ils sont, notamment Connor, la base de ma sélection.

C’est cette personnalité, et le fait de pouvoir élever, comme je le fais, les chiens en meute, en parcs extérieurs sur deux hectares, qui m’a motivé et fait sauter le pas pour vivre cette passion professionnellement depuis maintenant 2005

Quelles sont les victoires qui font partie de l'histoire de ton élevage ? Tes premiers champions ? As-tu un souvenir marquant ?

Le Berger australien est, en France, depuis quelques années, la race la plus présentée en exposition et, depuis deux ans, la race la plus élevée dans notre pays.

Quelques élevages tiennent le haut du pavé, et pas mal d’autres travaillent avec sérieux. Donc, la concurrence est rude, et c’est aussi ce qui est passionnant. Évidemment les premiers titres ou best in show de Black et Aragorn, deux fils de Connor et Night, sont de beaux souvenirs.

Mais la première victoire à la Nationale d’élevage pour le lot d’affixe(1) est un grand plaisir, car il représente une qualité globale sur un groupe de chiens nés à l’élevage. En plus, ce plaisir est partagé collectivement avec les amis propriétaires de ces chiens.

Depuis 10 ans nous avons obtenu des titres majeurs comme champion du monde jeune ou vétéran, vice-champion du monde et d’Europe adulte, de nombreux titres de champions de France, internationaux, de best in show, etc.

BergerAustralien4Mais les plus grands souvenirs restent les victoires « collectives » en lots, que ce soit aux nationales d’élevage, au salon de l’agriculture... Le top a été de remporter la même année, au championnat de France 2015 à Dijon, les titres de meilleur lot d’affixe et de lot de reproducteurs(2). Il y avait 10 000 chiens, toutes races confondues avec bien sur tous les meilleurs élevages du monde canin français. On partage ensemble la reconnaissance du travail de sélection et d’homogénéisation de nos chiens.

Pour nos champions, une autre belle satisfaction de sélection, est le fait que beaucoup ont des parents, grands-parents, arrières grands-parents et plus, nés à l’élevage, donc le fruit de notre sélection avec un programme mis en place depuis une dizaine d’années. Et ce programme n’est pas terminé !

À part la beauté, as-tu des chiens qui travaillent ?

Nous avons la chance d’avoir une race récente, qui a dans ses lignées proches des chiens sélectionnés pour le travail. On peut encore sélectionner pour autre chose que pour la compagnie où la beauté, ce qui a déjà dénaturé pas mal de races. En sélectionnant, on peut conserver, dans l’ADN de la race, sa polyvalence, ses aptitudes, permettant aux chiens d’être équilibrés et bien dans leurs pattes ! Des chiens qui peuvent, suivant l’éducation, se destiner à différentes activités. Des « Chemins de la Lune aux Rêves » sont chiens d’avalanche, chiens de décombres, travaillent en exploitations sur vaches, chèvres, etc. Et bien sûr, bon nombre pratiquent des activités canines : agility, obé, fly ball, cavage, recherche utilitaire, etc …

BergerAustralien5Pour vous donner l’exemple de deux chiens :

El Fender Black Creek du Chemin de la Lune aux Rêves, à l’âge de 5 ans, a réalisé en beauté :

  • 7 best in show,
  • 7 podiums de best in show,
  • 12 meilleurs de groupe,
  • 10 podiums de groupe.

Il est champion de beauté, vice-champion d’Europe et possède également son certificat aptitude naturelle au troupeau et son premier degré en obéissance.

Dans le registre inverse, avec une priorité au travail, Dusty Forever du Chemin de la Lune aux Rêves, est classé 2 en obéissance, niveau 1 en recherche utilitaire. Il a son passFlyball, son certificat d’aptitude naturelle au troupeau et est chien visiteur breveté en maison de retraite. Mais il est aussi, en beauté, champion jeune du Luxembourg. Il a remporté divers CAC, gagné la classe travail à la nationale d’élevage et remporté des lots d’affixe(1).

Ces deux exemples confirment l’objectif de ma sélection : confier aux propriétaires de chiens de l’élevage, de bons et beaux chiens. Ils ne sont peut-être pas tous les plus beaux, ou les meilleurs au travail (certains sélectionnent plus dans ces objectifs spécifiques) mais sur toutes mes portées, l’idée est que les chiots puissent avoir une carrière intéressante en expo et/ou en activités, tout en étant des chiens sympas et équilibrés qui, tout en demeurant rustiques, restent de supers compagnons de la vie de famille.

Tu disais que le Berger australien est depuis quelques années la race qui connait le plus de naissances en France. Pourquoi selon toi ?
BergerAustralien6Il y a des races qui deviennent à la mode du fait d’un film ou d’un dessin animé : le colley avec Lassie, le dalmatien avec les 101 du même nom etc ; d’autres par le look, le husky par exemple ; d’autres encore parce que chien d’une « vedette » comme le Jack Russel de Christophe Dechavanne.

Pour l’australien, bien sur le look aide. Mais comme cela s’est fait très rapidement, sur les dix dernières années, son essor est surtout dû à ses qualités : gabarit moyen, polyvalence de vie, excellent gardien, proche (très proche) de ses maitres dont il partage la vie de la famille et ses activités, super avec les enfants et les animaux du foyer. Il est heureux, dans une famille avec enfants plus moins jeunes pour pratiquer des activités sportives, canines ou non. Il conviendra également aux personnes d’un certain âge pour motiver et partager des sorties, balades, etc... Très intelligent, il s’adapte facilement et comprend très vite ce que l’on attend de lui, même s’il y a quelques failles dans l’éducation. Il peut être un peu « mariolle » parfois mais en étant, comme je dis toujours, « logique et systématique » dans l’éducation de base, on y arrive très bien.
C’est une race super, à l’origine de son propre succès, mais également grâce à la sélection française, faite, à la base, par plusieurs éleveurs pionniers très sérieux, avec des chiens de qualité. Il y a eu également, en provenance des USA, comme j’ai fait moi-même, beaucoup d’imports des meilleures lignées.

L’essor de la race est tel que depuis deux ans c’est celle qui a le plus de naissances inscrites au Livre des Origine Française, et de loin. Elle a détrôné les bergers allemand et belge, ex « leader », le labrador, le york, etc. À mon avis c’est pour très longtemps, car cette évolution s’est faite en douceur et non sur un fait de société. Si ce « boom » ne pénalise pas la race, par trop de chiens produits sans réelles sélections, par des gens que je n’appelle pas éleveurs mais naisseurs, la race est vouée à rester dans nos cœurs du fait de ses qualités, tout simplement.

Comment définis-tu le caractère de l'Aussie par rapport aux autres Bergers.
Comme dit, notre race est récente et en sélectionnant, sur des lignées choisies, on peut conserver sa polyvalence initiale, ce que d’autres races de berger ont parfois perdu, par exemple l’équilibre de caractère, la rusticité, etc. …
L’australien doit être équilibré, proche de l’homme (cherchant à lui faire plaisir), bon gardien, sociable, etc.
C’était le cas de beaucoup de races de chiens de berger que des dizaines, voire plus, d’années de sélection sur des axes spécialisés (garde, beauté, compagnie, travail…) ont parfois dénaturé !

Sur ces points, à nous, Éleveurs, d’être vigilants !

 (1) - Lot d’affixe : Au moins 3 et au plus 5 chiens de même race et variété, sans distinction de sexe, déjà engagés dans une classe individuelle, nés chez le même producteur, mais pouvant appartenir à des exposants différents. Le classement, qui tient compte de l'homogénéité, sera fait par un jury unique sur le ring d'honneur.
(2) - Lot de reproducteur : un reproducteur présenté avec trois ou quatre de ses enfants, de portées différentes.


 BergerAustralien724330 BASSILLAC-ET-AUBEROCHE

www.lunereves-chiens.com - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
05 53 35 36 06

 

proposition_pub3.jpg