SenatLe 25 janvier, Mafame Mélanie Vogel, Sénatrice (français établis hors de France) a demandé M. le ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire d'interdire sans délai l'élevage des lapins en cage.

 

 Alors que la France est le deuxième producteur européen de viande de lapin, elle lui rappelle que 99 % des lapins sont présentement élevés en cage à sol grillagé. Or, cette forme d'élevage ne permet pas d'assurer le bien-être animal des lapins, comme l'avait rappelé l'Autorité européenne de sécurité des aliments dans une série d'avis publiés en 2020. Outre l'absence de toute réglementation garantissant un espace minimal par lapin dans les cages, ces dernières ne permettent même pas aux lapins de se dresser sur leurs pattes arrière, alors qu'il s'agit d'un réflexe naturel.
À ces mauvaises conditions s'ajoutent des cas de maltraitance animale, comme ceux révélés récemment concernant un élevage intensif de lapins à Noordpeene (Hauts-de-France).

Suite à l'initiative citoyenne européenne « Pour une nouvelle ère sans cage » qui avait obtenu 1,4 million de signatures, la Commission européenne s'était engagée, en juin 2021, de proposer une norme européenne pour l'interdiction progressive de cages pour certains animaux d'élevage courant 2023, dont les lapins. Elle souhaite attirer son attention sur le fait qu'une telle proposition n'a toujours pas été adoptée par le collège des commissaires.

Profondément préoccupée par les mauvaises conditions d'élevage, elle lui demande quelles actions seront prises pour améliorer les conditions d'élevage des lapins et pour mettre un terme à la maltraitance des lapins en élevage. De surcroît, elle lui suggère vivement d'interdire l'élevage des lapins en cage, a fortiori en cage nue, même avant une entrée en vigueur d'une norme européenne dans le domaine.

Publiée dans le JO Sénat du 25/01/2024 - page 223

 


 Nous vous communiquerons la réponse dès sa parution.

Affiche site